Kim, de Corée du Nord, promet une puissance militaire « écrasante »: rapport


SEOUL (Crumpa) – Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s’est engagé à développer une puissance militaire « écrasante » et imparable, ont rapporté lundi les médias officiels, quelques jours après avoir présidé le plus grand lancement de missiles du pays.
Les commentaires de Kim font suite au lancement réussi de Pyongyang au mépris des sanctions internationales paralysantes jeudi, la première fois que le Nord tire un missile balistique intercontinental à pleine portée depuis 2017.
Connu sous le nom de Hwasong-17, le puissant ICBM a été dévoilé pour la première fois en octobre 2020 et qualifié de « missile monstre » par les analystes.
« Ce n’est que lorsque l’on est équipé des formidables capacités de frappe, d’une puissance militaire écrasante qui ne peut être arrêtée par personne, que l’on peut empêcher une guerre, garantir la sécurité du pays et contenir et mettre sous contrôle toutes les menaces et les chantages des impérialistes », a déclaré Kim a déclaré aux travailleurs impliqués dans le lancement, a rapporté KCNA.
« Nous continuerons d’atteindre l’objectif de renforcement des capacités de défense nationale. »
Le missile lancé jeudi – l’une des près d’une douzaine d’armes nord-coréennes testées cette année – semble avoir voyagé plus haut et plus loin que tout ICBM précédent testé par le pays doté d’armes nucléaires, y compris un conçu pour frapper n’importe où sur le continent américain.
Les analystes disent que le lancement réussi a peut-être renforcé la confiance de Kim dans le fait que son pays est sur la bonne voie pour parvenir à la dissuasion nucléaire et que d’autres essais de ce type devraient être attendus.
Les essais à longue portée et nucléaires ont été interrompus lorsque Kim et le président américain de l’époque, Donald Trump, se sont engagés dans un combat diplomatique de haut niveau qui s’est ensuite effondré en 2019. Les pourparlers sont depuis au point mort.
Le lancement intervient à un moment délicat pour la région, la Corée du Sud traversant une transition présidentielle jusqu’en mai et les États-Unis distraits par l’invasion russe de l’Ukraine.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*