Yémen : la coalition dirigée par l’Arabie saoudite lance une opération « à grande échelle » au Yémen après une frappe meurtrière


RIYAD : La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a lancé samedi un assaut « à grande échelle » contre le Yémen après que des missiles tirés par des rebelles houthis soutenus par l’Iran ont tué deux personnes dans le royaume, le premier de ces décès en trois ans.
Les Houthis ont averti le voisin du nord riche en pétrole du Yémen d’une réponse « douloureuse » si la coalition ne mettait pas fin à son « agression » contre le pays déchiré par le conflit.
Le Yémen est ravagé par la guerre civile depuis 2014 opposant le gouvernement internationalement reconnu soutenu par la coalition militaire dirigée par les Saoudiens aux Houthis qui contrôlent une grande partie du nord.
Des dizaines de milliers de personnes ont depuis été tuées, dans ce que les Nations Unies ont décrit comme la pire crise humanitaire au monde.
Les dernières violences sont survenues du jour au lendemain lorsque deux personnes, l’une saoudienne et l’autre yéménite, ont été tuées dans l’attaque au projectile contre Jazan, a déclaré la défense civile saoudienne.
« Un projectile militaire est tombé sur un magasin commercial dans la rue principale, faisant deux morts », a-t-il indiqué, ajoutant que six Saoudiens et un ressortissant bangladais ont été blessés.
Des images de l’agence de presse officielle saoudienne prétendument des conséquences de l’attaque montraient un grand cratère dans le sol et des véhicules détruits.
Les Huthis mettent en garde contre une réponse « douloureuse »
La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a déclaré peu de temps après qu’elle « se préparait à une opération militaire à grande échelle ».
Il a ensuite lancé une frappe aérienne, au cours de laquelle « trois civils, dont un enfant et une femme ont été tués, et six autres ont été blessés », ont déclaré à l’AFP des médecins yéménites.
La coalition tiendra une conférence de presse dimanche pour aborder les derniers développements, ont annoncé les autorités saoudiennes, précisant un avis antérieur selon lequel ce serait samedi.
Le porte-parole houthi Yahya Saree a mis en garde l’Arabie saoudite contre « des opérations douloureuses tant qu’elle poursuivra son agression et ses crimes ».
Dans une déclaration sur la chaîne Telegram de Huthis, il a déclaré que les rebelles avaient lancé trois missiles balistiques sur Jazan, une région du sud du royaume bordant le Yémen.
Les insurgés lancent souvent des missiles et des drones en Arabie saoudite, ciblant ses aéroports et ses infrastructures pétrolières.
Le dernier en date était le premier en plus de trois ans à avoir fait des morts dans le royaume, qui a enregistré son premier décès suite à une attaque au missile Huthi lorsqu’une a frappé Riyad en 2018.
Cela survient également alors que les combats entre les deux parties s’intensifient, avec l’intensification des frappes aériennes de la coalition sur Sanaa.
« Des morts tous les jours »
L’Arabie saoudite, dirigée par les sunnites, et son allié les États-Unis accusent depuis longtemps l’Iran de fournir aux Houthis des armes sophistiquées, une accusation démentie par la république islamique dominée par les chiites.
La marine américaine a déclaré cette semaine qu’elle avait saisi 1 400 fusils AK-47 et des munitions dans un bateau de pêche qui, selon elle, faisait de la contrebande d’armes d’Iran aux Houthis appartenant à la minorité chiite zaïdi du Yémen.
« Il a été estimé que le navire apatride provenait d’Iran et avait transité par les eaux internationales le long d’une route historiquement utilisée pour le trafic d’armes illégales vers les Houthis au Yémen », a-t-il déclaré.
Jeudi – un jour après que la coalition a ciblé un camp militaire huthi à Sanaa – l’alliance militaire a déclaré avoir abattu un drone chargé de bombes près de l’aéroport d’Abha, dans le sud du royaume, provoquant la chute de débris à proximité mais ne faisant aucune victime.
Et plus tôt cette semaine, il a ciblé l’aéroport de Sanaa, dont les opérations ont en grande partie cessé en raison d’un blocus dirigé par les Saoudiens depuis août 2016, avec des exemptions pour les vols d’aide.
Dans son message du jour de Noël, le pape François a déploré le fait que « d’immenses tragédies » dans des pays arabes en proie à des conflits, dont le Yémen, soient « passées sous silence ».
« Écoutons le cri des enfants nés du Yémen, où une énorme tragédie, ignorée de tous, se déroule silencieusement depuis des années, faisant des morts chaque jour », a-t-il déclaré au Vatican.
Le Programme alimentaire mondial a déclaré qu’il avait été « forcé » de réduire l’aide au Yémen en raison du manque de fonds, et a mis en garde contre une augmentation de la faim dans le pays.
L’ONU estime que la guerre au Yémen aura fait 377 000 morts d’ici la fin de l’année, à la fois par des impacts directs et indirects.
Plus de 80 % de la population yéménite d’environ 30 millions d’habitants a besoin d’une aide humanitaire dans ce que l’ONU considère comme la pire crise humanitaire au monde.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*