rasmussen: Biden et Poutine devraient désamorcer les tensions américano-russes lors des prochains entretiens téléphoniques: expert


WASHINGTON (Crumpa) – Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine devraient profiter de leurs prochains pourparlers mardi pour désamorcer les tensions et se tourner vers des solutions diplomatiques au lieu que Washington poursuive sa rhétorique agressive, a déclaré à Sputnik le vice-président de l’Eurasia Center Earl Rasmussen.
Biden et Poutine lors de pourparlers virtuels plus tard dans la journée devraient discuter de la crise en Ukraine, entre autres sujets tels que la stabilité stratégique. La vidéoconférence sécurisée intervient six mois après leur rencontre en face à face à Genève. En outre, l’appel a lieu alors que les deux parties échangent des menaces sur les activités militaires russes près de l’Ukraine.
« J’espère que les deux chercheront à désamorcer les tensions et l’un d’un point de vue diplomatique par rapport à la rhétorique agressive constante qui a été commune à l’équipe de politique étrangère actuelle des États-Unis », a déclaré Rasmussen.
Rasmussen a déclaré que le sommet virtuel Poutine-Biden se déroule au milieu de défis à travers le monde, notamment en Ukraine, en Biélorussie, en Afghanistan, en Syrie ainsi qu’en ce qui concerne l’accord nucléaire iranien et les vaccins COVID-19.
Parlant de l’Ukraine, Rasmussen a noté que les récentes réunions du secrétaire d’État américain Antony Blinken avec ses homologues de Kiev et des États baltes avaient intensifié plutôt qu’apaisé la situation dans la région.
« Je pense qu’il existe des perspectives différentes au sein de l’administration Biden, dont certaines ne veulent pas d’une réunion réussie. Espérons que les esprits plus calmes réussissent », a ajouté Rasmussen.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré lundi que Poutine écouterait les propositions de Biden sur l’Ukraine avec un grand intérêt.
La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle défendait son droit de déplacer librement ses forces armées sur son territoire.
Le 23 novembre, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a réaffirmé que la Russie n’avait aucun plan agressif à l’égard de l’Ukraine. Le Kremlin s’est également dit préoccupé par le fait que Kiev ait regroupé près de la moitié de ses forces armées sur la ligne de contact avec la région du Donbass, à l’est du pays.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*