Patricia Highsmith, adaptée au cinéma par Hitchcock, Clément, Chabrol, Wenders…


DÉCRYPTAGE – Les œuvres de la romancière américaine ont fait l’objet d’une vingtaine d’adaptations cinématographiques, dont Plein soleil, avec Alain Delon.

Entre 1951, date à laquelle Alfred Hitchcock réalise L’Inconnu du Nord-Express, et 2021, qui voit Adrian Lyne signer, 40 ans après le film de Michel Deville, un remake d’Eaux profondes, ce ne sont pas moins d’une vingtaine d’adaptations de Patricia Highsmith qui ont vu le jour. Inutile de préciser que toutes ne sont pas bonnes. Mais qui a pu oublier le trio Alain Delon-Maurice Ronet-Marie Laforêt dans le Plein soleil, de René Clément (1960), adaptation de Monsieur Ripley?

Neuf ans avant La Piscine, Delon y assassinait déjà Ronet. Si Le Meurtrier, de Claude Autant-Lara (1963), avec Robert Hossein et la divine Marina Vlady, n’a pas laissé un souvenir impérissable, d’autres réalisateurs français ont su trouver dans l’œuvre de Patricia Highsmith la matière pour écrire de bons films, comme Claude Miller avec Dites-lui que je l’aime (1977), avec Gérard Depardieu, Miou-Miou et la jolie Dominique Laffin, Michel Deville avec Eaux profondes (1981), avec le duo Huppert-Trintignant, et Claude Chabrol

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*