Stravinsky s’invite à Biarritz et… à Chaillot


VIDÉOS – Le Malandain Ballet Biarritz fait une longue halte au Théâtre National de Chaillot avec une soirée entièrement consacrée à Stravinsky. De la grande et belle danse.

Stravinsky aimait Biarritz. Il y vécut au début des années 20, et y aurait transcrit son Sacre du printemps en version pour deux pianos. Que le Malandain Ballet Biarritz s’intéresse au Sacre du printemps et à L’oiseau de feu, deux œuvres phares pour la danse, est donc dans l’ordre des choses. Son directeur Thierry Malandain a adapté L’oiseau et Martin Harriague, chorégraphe résident de la compagnie, sont venus Le sacre. Un partage des tâches équitable ! On retrouve dans les deux volets la patte de cette compagnie biarrote qui affectionne la grande danse à la fois physique et expressive sans pour autant renier sa formation classique.

C’est ainsi la troisième fois que Thierry Malandain travaille avec la musique de Stravinsky. Il remanie ce conte dansé de Michel Fokine créé à l’opéra de Paris en 1910, pour donner à L’oiseau la forme d’un messager reliant le ciel et la terre, le corps et l’esprit, « une sorte de passeur de lumière portant au cœur des hommes la consolation et l’espoir les oiseaux. » Et quoi de mieux pour illustrer ce message que les grandes envolées chorégraphiques dont Malandain a le secret.

Pour le sacré, on reste dans le rapport de l’Homme à la Nature. Martin Harriague débute son ballet avec des danseurs sortant d’un piano comme s’ils s’extrayaient d’une grotte, communiquant à merveille cette sensation de naissance dans un nouveau monde. Une ouverture hautement symbolique ! Tout au long du ballet, le rythme de la musique si caractéristique du sacré donne aux danseurs l’aspect de créatures telluriques, et la danse, presque rustique, ne souffre d’aucune fioriture. Le groupe prend souvent l’ascendant sur les individus jusqu’à l’explosion finale et l’offrande de l’élue. Une création très inspirée, et inspirante.

Théâtre National de Chaillot du 4 au 12 novembre puis le 16 à Colombes, le 4 décembre au Creuzot, le 7 à Fréjus dans le cadre du Festival de danse de Cannes, les 10 et 11 à Martigues, les 17 et 18 à Montigny-le-Bretonneux, du 22 au 26 décembre à Biarritz

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*