Un Benzema taille patron et un Lloris impérial… Les notes des Bleus face à l’Espagne


La France a conquis la Ligue des Nations ce dimanche à Milan. Individuellement, les prestations ont été séduisantes.

La France est allée chercher un nouveau trophée dimanche soir en dominant l’Espagne en finale de la Ligue des Nations (2-1). C’est grâce essentiellement à leurs vertus collectifs et une belle force de caractère que les Tricolores ont réussi à renverser une situation mal engagée. Cela dit, il a aussi fallu quelques éclairs individuels pour parvenir à ce résultat. Voici les évaluations personnelles des joueurs français ayant pris part à cette rencontre.

Hugo Lloris (7) : Même si l’Espagne a dominé une bonne partie du match, le capitaine tricolore a longtemps été tranquille dans sa cage. Il aurait pu faire mieux sur le but d’Oyarzabal, mais il est difficile de lui en incomber la responsabilité. En fin de rencontre, il joue un grand rôle dans le succès tricolore en signant deux énormes arrêts sur sa ligne.

Raphaël Varane (pas noté) : Avant de sortir en raison d’une blessure au pied, il a produit un match plutôt correct. Concentré et appliqué, il n’a pas laissé beaucoup d’espaces aux attaquants espagnols. Son entente avec les deux centraux semblait intéressante. Il a été remplacé par Upamecano (4), qui a signé une prestation moyenne. Le Bavarois est clairement coupable sur le but encaissé par les Bleus.

Koundé (5) : On l’a senti nerveux sur quelques actions et cela s’est vérifié sur le jaune qu’il prend. Cependant, l’ancien bordelais a quand même été précieux dans ses interventions en jouant dur sur l’homme et en anticipant les passes en profondeur. S’il n’a pas été étincelant, il a quand même fourni une copie intéressante.

Kimpembe (6) : De retour dans le onze de départ, le Parisien a été rassurant. Il n’a jamais été dépassé par la vitesse des transmissions espagnoles, si ce n’est sur une action en première période et sur laquelle il s’est d’ailleurs vite rattrapé. Un bon match de la part du champion du monde.

Théo Hernandez (6) : Le Milanais a éprouvé des difficultés au début en perdant quelques ballons dans sa moitié de terrain. Cela ne l’a pas fait douter. Il s’est vite ressaisi et a été aussi précieux défensivement qu’offensivement. C’est lui qui amorce la révolte française avec une frappe sur la transversale. Et il est aussi décisif sur le deuxième but avec un « assist » pour Mbappé.

Pavard (4) : Contrairement à Hernandez, le joueur du Bayern n’a pas été vraiment à son aise dans ce rôle de piston. Derrière, il a eu du mal à suivre ses vis-à-vis et a souffert sur le plan physique. Et sa contribution offensive a approché le néant.

Tchouaméni (5) : Il n’a pas perdu beaucoup de ballons, mais il n’a pas non plus franchi souvent le premier rideau, que ça soit balle au pied ou par sa passe. En somme, il a été assez neutre, mais cela se comprend vu que c’était sa première à ce niveau. Il a eu l’intelligence de jouer simple, sachant que le ballon a aussi été souvent espagnol.

Pogba (6) : En première période, son énergie a été un peu assombrie par son déchet technique. Au retour des vestiaires, il s’est repris, en ayant un meilleur impact dans l’orientation du jeu et une activité prépondérante au départ des actions. Le rendement des Bleus s’en est rapidement ressenti.

L’article continue ci-dessous

Griezmann (4) : Des trois attaquants c’est lui qui a été le mois en vue. Celui qui fêtait sa 100e cape n’a pas pesé offensivement, même s’il s’est encore une fois beaucoup démené pour le collectif.

Benzema (7) : Il aurait pu marquer dès l’entame du match s’il avait bien négocié une occasion intéressante aux avant-postes. Un échec qui ne l’a pas découragé et il a réalisé un réveil fulgurant en seconde période avec une magnifique réalisation consécutive à l’ouverture du score adverse. Le Madrilène a confirmé qu’il est redevenu un vrai taulier de cette sélection. Son abattage et sa combativité sont aussi louables.

Mbappé (7) : Discret au début, il s’est progressivement réveillé en se montrant plus tranchant dans ses actions. Il a raté ses deux premières tentatives, mais la troisième fut la bonne avec ce passement de jambes réussi devant Unai Simon suivi d’un tir rasant. Le Parisien confirme sa montée en puissance avec la sélection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*