Guermantes, à l’ombre des acteurs confinés, au cinéma après le petit écran


CRITIQUE – Dans Guermantes , Christophe honoré filme la vie et l’attente de la troupe de la Comédie-Française, empêchée par le Covid-19 de jouer son spectacle autour de Marcel Proust. Une intention originale pour un résultat décevant. Ce long-métrage sort en salle ce mercredi 29 septembre après sa diffusion télé sur France 5 vendrededi dernier.

Au printemps 2020, les Français et une grande partie des habitants de la planète découvraient la vie confinée. En pleine première vague de la pandémie de Covid-19, beaucoup, et parmi eux nombre d’artistes, exprimaient leur bonheur du temps retrouvé, à la campagne ou non. Recette de cookies, jeu de société en famille, «binge watching» de Netflix et relecture de Proust, le confinement leur apparaissait comme une période euphorisante.

Le film n’est pas une captation de la pièce

Christophe Honoré partageait peu cet enthousiasme. Dans un entretien au Monde, l’écrivain, cinéaste et metteur en scène ne voyait rien de fructueux dans cet épisode: «Pour moi, ce n’est pas du tout un moment d’écriture ou de poussée créatrice. L’écriture naît d’un désir, d’un élan, et c’est alors en toute liberté que l’on peut faire le choix de s’isoler pour travailler. Là, je me sens enfermé, empêché. Je n’arrive pas à faire quelque chose de ce temps imposé, qui est un temps empoisonné.» Le virus avait coupé le metteur en scène en plein élan. Il devait monter

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*