Johnny Depp dénonce les débordements «hors de contrôle» dans le sillage de #meetoo


L’acteur, visé par des accusations de violences conjugales envers son ex-femme Amber Heard, estime que «personne n’est à l’abri» de pareilles attaques.

Personne n’est à l’abri d’un «jugement hatif» porté dans la précipitation dans le contexte de la «cancel culture», a déclaré mercredi l’acteur américain Johnny Depp au festival de cinéma de Saint-Sébastien en Espagne où il recevait un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Johnny Depp, qui a perdu en novembre 2020 son procès en diffamation à Londres contre News Group Newspapers (NGN), société éditrice du tabloïd britannique Le soleil qui l’avait décrit comme un mari violent avec son ex-épouse Amber Heard, répondait aux questions des journalistes au festival de cinéma de Saint-Sébastien dans le nord de l’Espagne. Faisant apparemment allusion au mouvement #Metoo qui a dénoncé le harcèlement sexuel et les viols commis à l’encontre des femmes par des hommes influents, il a estimé que de telles campagnes étaient devenues «hors contrôle».

«Hors de contrôle»

«Les différents mouvements qui ont émergé, j’en suis persuadé avec les meilleures intentions, sont cependant à présent tellement hors contrôle que je peux vous dire que personne n’est à l’abri», a-t-il poursuivi. Il a également dénoncé «cette culture de l’effacement [«cancel culture»] ou cette tendance à porter un jugement hâtif dans la précipitation basé essentiellement sur ce qui s’apparente à de l’air pollué expiré. ».

Les détails sordides évoqués au cours du procès contre Le soleil et le fait que Johnny Depp l’ait perdu ont porté tort à la réputation de l’acteur. À la suite du jugement, le comédien américain de 57 ans avait dû renoncer à son rôle dans le prochain film de la série Les Animaux Fantastiques, adapté des ouvrages de l’auteure de Harry Potter, J. K. Rowling.

Des organisations féministes et des femmes travaillant dans l’industrie du cinéma ont critiqué la décision du festival de décerner à Johnny Depp le prix Donostia qui récompense l’ensemble de sa carrière. La star, qui dément toujours avoir été violente à l’égard de Amber Heard, a déclaré aux journalistes que «personne n’est à l’abri» de la «cancel culture». Il s’est également montré critique à l’égard du courant dominant du cinéma américain. «Je le dis depuis longtemps, Hollywood a sous-estimé le public d’une manière grotesque», a-t-il asséné.

Parmi les précédents récipiendaires du prix Donostia, la plus haute récompense décernée par le festival figurent les acteurs Meryl Streep, Richard Gere, Ian McKellen et Robert De Niro.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*