Les talibans tirent pour disperser les manifestants à Kaboul


KABOUL: Les talibans ont tiré mardi en l’air pour disperser les foules qui s’étaient rassemblées pour un rassemblement anti-pakistanais dans la capitale, la dernière manifestation depuis l’arrivée au pouvoir du mouvement islamiste pur et dur le mois dernier.
Les islamistes n’ont pas encore annoncé de gouvernement, mais les Afghans craignant une répétition du précédent règne brutal du groupe entre 1996 et 2001 ont organisé de petites manifestations isolées dans des villes comme Kaboul, Herat et Mazar-i-Sharif.
Mardi, au moins 70 personnes, pour la plupart des femmes, se sont rassemblées devant l’ambassade pakistanaise, brandissant des banderoles et scandant contre ce qu’elles ont qualifié d’ingérence d’Islamabad, qui a longtemps été accusé d’avoir des liens étroits avec le mouvement taliban.
Le chef du renseignement pakistanais, Faiz Hameed, était à Kaboul ce week-end, aurait été informé par l’ambassadeur de son pays, mais aurait également rencontré des responsables talibans.
Des agents de l’AFP ont vu des membres des talibans tirer en l’air pour disperser la foule.
La veille, un petit groupe de femmes de la ville septentrionale de Mazar-i-Sharif s’est réunie pour protester pour leurs droits.
Des femmes rebelles se sont également réunies à Herat la semaine dernière pour exiger qu’elles soient autorisées à participer au nouveau gouvernement.
La manifestation de mardi intervient après que les talibans ont revendiqué le contrôle total de l’Afghanistan un jour plus tôt, affirmant qu’ils avaient remporté la bataille clé pour la vallée du Panjshir, le dernier rempart de la résistance contre leur régime.
« Frappez fort », après leur victoire éclair à la mi-août sur les forces de sécurité de l’ancien gouvernement afghan et le retrait des troupes américaines après 20 ans de guerre, les talibans se sont tournés vers les forces défendant la vallée montagneuse du Panjshir.
Alors que les extrémistes islamistes revendiquaient la victoire, leur porte-parole en chef a mis en garde contre toute nouvelle tentative de se soulever contre leur régime.
« Quiconque tentera de déclencher une insurrection sera durement touché. Nous n’en autoriserons pas une autre », a déclaré Zabihullah Mujahid lors d’une conférence de presse à Kaboul.
Alors qu’ils entreprennent une transition gigantesque pour superviser des institutions clés et des villes de centaines de milliers de personnes, Mujahid a déclaré qu’un gouvernement intérimaire serait annoncé en premier, permettant des changements ultérieurs.
Les nouveaux dirigeants afghans se sont engagés à être plus « inclusifs » que lors de leur premier mandat au pouvoir, avec un gouvernement qui représente la composition ethnique complexe du pays, bien qu’il soit peu probable que les femmes soient incluses.
Les libertés des femmes en Afghanistan ont été fortement restreintes sous le régime taliban de 1996-2001.
Cette fois, les femmes seront autorisées à fréquenter l’université tant que les cours seront séparés par sexe ou au moins divisés par un rideau, a déclaré l’autorité éducative des talibans dans un long document publié dimanche.
Les talibans sont également aux prises avec des crises financières et humanitaires imminentes.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*