Le leader des Proud Boys, Tarrio, écope de 5 mois de prison


WASHINGTON (Crumpa) – Le leader des Proud Boys, Enrique Tarrio, a été condamné lundi à cinq mois de prison pour avoir mis le feu à une bannière Black Lives Matter à Washington dans le cadre de manifestations soutenant le président Donald Trump.
Figure clé du mouvement d’extrême droite qui a joué un rôle de premier plan dans l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis, Tarrio a été arrêté deux jours avant cet événement pour avoir arraché la bannière d’une église noire à Washington le 12 décembre et l’avoir brûlée, selon au ministère de la Justice.
Il a été accusé de destruction de biens, en partie à cause d’une photo qu’il a publiée sur les réseaux sociaux posant avec la banderole et un briquet à la main.
Tarrio a également été accusé de possession de deux magasins d’armes à feu de grande capacité, qui sont illégaux à Washington.
L’homme de 37 ans avait organisé des rassemblements pour Trump et contre les manifestations de justice raciale Black Lives Matter qui avaient balayé le pays pendant une grande partie de 2020 à la suite des meurtres de policiers et des fusillades d’Afro-Américains.
À la fin de l’année dernière, il a activement soutenu le soulèvement du 6 janvier, qui a vu des centaines de partisans de Trump, y compris des membres de groupes de milices de droite violents comme les Proud Boys, envahir les couloirs de l’Assemblée législative américaine pour arrêter sa certification de Joe Biden en tant que président. vainqueur des élections sur Trump.
« Nous sommes presque considérés comme des soldats de la droite », a déclaré Tarrio dans un podcast à l’approche du 6 janvier. « Ce truc est réel. Nous sommes en guerre. »
Mais alors qu’il arrivait à Washington deux jours plus tôt, il avait été arrêté pour les charges liées à l’événement du 12 décembre et avait reçu l’ordre de rester à l’extérieur de la ville jusqu’à son audience.
En juillet, il a plaidé coupable aux accusations dans le cadre d’un accord de plaidoyer.
Il a été condamné à 155 jours de prison et à une amende de 1 000 $, ainsi qu’à 347 $ de dédommagement à l’église.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*