Petkovic : “Bordeaux est un club prestigieux”


Vladimir Petkovic, le nouvel entraineur des Girondins, est excité par le nouveau challenge qui l’attend du côté du Matmut Atlantique.

Après plusieurs années passées dans le ventre mou du championnat, Bordeaux a pour ambition de se remettre sur les bons rails. Pour cela, et avec le nouveau président Gérard Lopez aux manettes, le pari a été fait de miser sur Vladimir Petkovic comme entraineur. Après sept ans passés à la tête de la Nati, ce dernier vient remplacer Jean-Louis Gasset à son poste.

Le technicien suisse a été présenté ce vendredi du côté du Haillan. Durant cette conférence de presse, il a fait part de toute la motivation qui l’anime et de sa volonté de redonner aux Marine et Blanc leur lustre d’antan. 

« Ce qui s’est passé est passé, ce n’est pas à moi de tirer des conclusions. Aujourd’hui est un nouveau jour, il faut regarder de l’avant tout en étant réaliste, a-t-il commencé par confier à l’assistance. On est au point de départ. Quand on parle de Bordeaux, on parle d’un club prestigieux. On n’est pas venu ici pour tout changer mais pour améliorer des choses. On va se mettre au travail ».

L’article continue ci-dessous

« Si on ne joue pas ensemble, on n’obtiendra pas de résultat »

Petkovic n’a plus entrainé de club depuis son passage à la Lazio de Rome entre 2013 et 2014. Il estime cependant que ce n’est pas un souci et qu’il va vite se réadapter au travail quotidien : « C’est comme au ping-pong. J’étais là-bas, maintenant je suis ici mais le but est toujours le même : il faut envoyer la balle dans l’autre camp. Quand j’étais à la tête de la sélection, j’essayais déjà d’être d’abord un entraîneur. La partie est la même aujourd’hui. »

Interrogé enfin sur les possibles recrutements qu’il pourrait opérer ainsi que les garanties de sa direction dans ce domaine, Petkovic a répondu : « On veut donner une certaine empreinte à l’équipe mais pour l’instant, je ne la connais pas. C’est différent de la voir à la télé et d’être auprès d’elle. Il faut que je découvre les joueurs individuellement, leurs qualités humaines. On peut avoir onze ou vingt-cinq bons joueurs mais s’ils ne jouent pas ensemble, on n’obtiendra pas de résultat. Aujourd’hui, tout le monde est au même niveau. Ce sont les joueurs qui gagneront ou perdront du terrain, et au fur et à mesure, on prendra des décisions ».  

Bordeaux attaquera sa nouvelle saison de Ligue 1 par une opposition contre le promu clermontois. Des débuts en douceur pour Petkovic.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*