Nantes, la sortie osée de Raymond Domenech


Coach de Nantes seulement huit matches et sans victoire, Domenech estime pourtant avoir contribué au maintien des Canaris en Ligue 1.

On l’avait laissé sur un Euro 2008 avec les Bleus loin d’être resté dans les mémoires françaises. Pendant plus de dix ans, Raymond Domenech a coupé avec le monde du coaching, se concentrant sur ses interventions télévisuelles ou son rôle de président de l’UNECATEF depuis 2016.

Et puis, alors qu’on pensait que le métier d’entraîneur derrière lui, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France a repris du service à Nantes. Enlisés dans une spirale négative, les Canaris et surtout Waldemar Kita ont vu en Domenech, le pompier de service qui allait mettre un coup de pied dans la fourmilière.

Nommé officiellement le 26 décembre 2020 comme nouvel entraîneur du FC Nantes, Raymond Domenech avait donc pour mission de maintenir le club historique dans l’élite. Avec seulement trois points d’avance sur le premier relégable, la mission s’annonçait délicate et elle l’aura été.

Après seulement huit matches dirigés pour aucune victoire (4 nuls, 4 défaites), l’ancien latéral a été limogé de son poste d’entraîneur remplacé par Antoine Kombouaré, le 11 février 2021.

Six mois après cette courte aventure nantaise, Raymond Domenech est revenu sur cette expérience et assure ne rien regretter.

« Ce que j’ai vécu avec les joueurs était vraiment, pour moi, une belle expérience, concède-t-il à France Info. Je sais, à chaque fois, les gens me disent : ‘ouais, mais c’était traumatisant’. Ils situent ça à un niveau d’image et d’orgueil. Moi, il y a longtemps que j’ai dépassé tout ça. Ce que j’ai vécu c’était du concret sur le terrain. Ce que les gens pensent à l’extérieur de l’expérience en disant ça a été raté… Le nombre d’entraîneurs qui ont des expériences et ne réussissent pas, il y en a un wagon. »

L’article continue ci-dessous

Ayant toujours la petite phrase qui va faire réagir, Domenech a regardé de loin le maintien à l’arraché du FC Nantes, après des barrages compliqués contre Toulouse. Malgré un bilan avec aucune victoire, il estime pourtant avoir joué un rôle dans ce parcours, certes semé d’embûches mais au dénouement heureux.

« Je pense que ce qu’on avait mis en place a aussi aidé à apaiser un petit peu ce climat d’incertitude, d’inquiétude, de remettre les joueurs en confiance. Je fais partie de ceux qui ont sauvé le FC Nantes aussi. Je sais que les gens vont bondir, quelques-uns vont dire il est fou, mais je m’en fous. »

Pas sûr que les supporters nantais soient du même avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*