Espagne, Luis Enrique très critique après la qualification


Très critiqué en Espagne depuis quelques mois, Luis Enrique a profité de la qualification pour les demies de l’Euro pour répondre à ses détracteurs.

Neuf ans après une véritable leçon de football, l’Espagne et l’Italie vont de nouveau croiser le fer dans un Euro. Balayés par la Roja en finale de l’Euro 2012, les Italiens avaient pris quelque peu leur revanche en 2016, avec une victoire en huitièmes de finale.

Seulement, mardi à Wembley, l’enjeu sera tout autre pour deux sélections considérées au départ comme outsiders et qui sont désormais parmi les trois favoris avec l’Angleterre.

Si l’Italie impressionne depuis le début du tournoi et a encore une fois fait preuve de solidité contre la Belgique, vendredi soir, l’impression générale est différente pour l’Espagne.

Obligée de passer par deux fois par les prolongations lors des deux derniers tours, l’équipe de Luis Enrique ne montre pas une solidité à toute épreuve. Contre la Suisse, les Espagnols ne sont pas passés loin de rentrer à la maison, sans un grand Unai Simon lors de la séance des tirs au but. Après la rencontre, Luis Enrique ne retenait que la qualification, lui qui est critiqué depuis des mois au pays.

« J’ai vécu la séance de tirs au but de la manière la plus calme possible car cela ne dépendait plus de moi et et rien ne pouvait plus être fait », a confié le sélectionneur espagnol.

« J’avais dit en début de tournoi que nous étions dans les huit meilleures équipes, sans exagération, maintenant nous sommes dans les quatre meilleures formations du tournoi. Il serait ridicule maintenant de ne pas songer à la finale. »

L’article continue ci-dessous

Il faudra pour ça passer l’obstacle italien mardi soir à Londres. En panne d’efficacité offensive depuis le début du tournoi malgré les deux cartons contre la Slovaquie (5-0) et la Croatie (5-3, a.p), la Roja est toujours à la recherche de la bonne formule.

Sorti avant l’heure de jeu (54eme), Alvaro Morata cristallise toutes les critiques même si le manque de réalisme de son remplaçant, Gerard Moreno, était sur toutes les lèvres, vendredi après la rencontre. Luis Enrique en a donc profité pour tancer les journalistes présents.

« Heureusement que c’est Gerard Moreno qui a loupé ces occasions, si Morata les loupe, vous l’empalez, a ironisé Luis Enrique en conférence de presse. Ce sont mes deux joueurs et je les aime beaucoup. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*