“Plus jamais ça”: Imran autorise la CIA à utiliser les bases de Pak


ISLAMABAD : Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que le pays n’autoriserait “absolument pas” la CIA à utiliser des bases sur son sol pour des missions antiterroristes transfrontalières après le retrait des forces américaines d’Afghanistan.
“Nous n’allons en aucun cas autoriser des bases, une quelconque action depuis le territoire pakistanais vers l’Afghanistan”, a déclaré Imran dans une interview diffusée par HBO dimanche. “Le Pakistan ne permettra plus jamais à la CIA ou aux forces spéciales américaines de se baser à l’intérieur de ce pays.”
Malgré une relation difficile avec le Pakistan, les États-Unis ont mené des centaines de frappes de drones et d’opérations antiterroristes transfrontalières depuis le sol pakistanais depuis 2004. Pendant près d’une décennie, les autorités pakistanaises ont nié avoir autorisé la CIA à utiliser ses bases. En 2013, cependant, l’ex-président Pervez Musharraf a admis avoir autorisé la CIA à lancer des attaques de drones à partir de bases situées dans son pays, enfreignant la politique officielle de déni général de toute implication.
Malgré les rumeurs et les affirmations de certains dirigeants de l’opposition selon lesquelles les dirigeants militaires pakistanais ont tacitement accepté de permettre à la CIA de se baser à nouveau dans le pays pour des opérations antiterroristes et la collecte de renseignements sur l’Afghanistan, les observateurs pensent que ce serait un suicide politique pour Khan d’embrasser le présence de la CIA ou des forces spéciales sur le sol de son pays.
Le directeur de la CIA, William Burns, n’a pas rencontré Imran lorsqu’il a effectué une visite inopinée à Islamabad le mois dernier pour rencontrer le chef de l’armée, le général Qamar Javed Bajwa et le chef de l’ISI, le lieutenant général Faiz Hamid. La visite secrète de Burns visait à explorer la possibilité d’une coopération antiterroriste entre les deux parties.
Plus tôt ce mois-ci, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, avait affirmé que les États-Unis avaient eu des “discussions constructives” avec le Pakistan pour s’assurer que l’Afghanistan ne deviendrait plus jamais une base à partir de laquelle des groupes terroristes l’attaqueraient. Il a refusé d’entrer dans les détails.
Le général Mark Milley, président des chefs d’état-major des États-Unis, avait déclaré que le risque d’attaque contre les États-Unis n’augmenterait que si le gouvernement afghan s’effondrait et que le pays connaissait une guerre civile.
Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin avait déclaré au congrès cette semaine qu’il faudrait peut-être deux ans à des groupes terroristes comme al-Qaïda et l’EI pour développer la capacité de frapper la patrie américaine.
Le mois dernier, le président afghan Ashraf Ghani avait déclaré que l’adhésion du Pakistan au processus de paix dans son pays serait le facteur clé du rétablissement de la stabilité. “Les États-Unis ne jouent désormais qu’un rôle mineur. La question de la paix ou de l’hostilité est désormais entre les mains des Pakistanais”, a déclaré Ghani, faisant référence aux liens profonds de l’armée pakistanaise avec les talibans.

FacebookTwitterLinkedinE-mail



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*