Kingdom Come : Deliverance va changer


Le RPG médiéval Kingdom Come: Deliverance fait son chemin vers Switch. Le jeu d’actualité lors de la Koch Media Showcase d’aujourd’hui (dont vous pouvez en savoir plus sur ici), et le portage est géré par le développeur Warhorse Studios avec l’aide de Sabre Interactive.

Malheureusement, il n’y a pas de fenêtre de publication ni de détails sur ce que le port implique. On pourrait imaginer que cela prendra un coup graphique, mais on ne sait pas si le port Switch aura une parité complète des fonctionnalités avec les versions console et PC.

Nous n’étions pas les plus grands fans de Kingdom Come: Deliverance lors de son lancement en 2018 (lisez notre critique), et ce n’est certainement pas une expérience pour tout le monde. Le jeu est un RPG médiéval de nature plus hardcore que nombre de ses contemporains. Par exemple, le combat est beaucoup plus délibéré dans un sens réaliste, et le joueur doit manger et dormir pour rester en bonne santé. L’aspect le plus controversé de Kingdom Come, du moins autour du lancement, était le système de sauvegarde unique du jeu. Afin d’économiser, les joueurs devaient soit dormir dans les lits qu’ils possédaient (ce qui pouvait nécessiter beaucoup de retour en arrière si vous étiez en train d’explorer), soit consommer une potion coûteuse juste pour préserver votre progression.

Alors que certains joueurs ont été rebutés par la nature exigeante de Kingdom Come, d’autres ont embrassé son défi et son dévouement au réalisme. Le jeu a rassemblé un public dévoué de joueurs et Warhorse a mis à jour l’expérience au fil des ans pour éliminer les bugs et modifier les fonctionnalités problématiques pour le rendre un peu plus accueillant. Le jeu a été renforcé par quatre extensions d’histoire et a même une série Netflix en direct en préparation, donc il fait quelque chose de bien.

Vous avez hâte de jouer à Kingdom Come : Deliverance en déplacement ? Y a-t-il d’autres grands RPG triple-A que vous aimeriez voir arriver sur Switch ? Faites le nous savoir dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*