Le Pentagone n’autorisera pas les drapeaux de la fierté à flotter sur les installations


WASHINGTON (Crumpa) – Le Pentagone a déclaré vendredi qu’il ne ferait pas d’exception pour autoriser les installations militaires américaines à arborer des drapeaux de fierté arc-en-ciel en juin, conservant une politique définie par l’ancien président Donald Trump qui limitait le type de drapeaux pouvant être hissés sur les bases.
Plus tôt cette semaine, le président Joe Biden a déclaré que près de 1 500 personnes nommées par son agence fédérale s’identifiaient comme lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et queer, dans une proclamation marquant le début du mois de la fierté célébrant la communauté LGBTQ.
En juillet 2020, le Pentagone de Trump a publié une politique autorisant uniquement certains drapeaux sur les installations militaires et a été considéré comme un moyen pour le secrétaire à la Défense de l’époque, Mark Esper, d’interdire de facto d’afficher le drapeau confédéré sans le mentionner spécifiquement.
« Il n’y aura pas d’exception ce mois-ci pour le drapeau de la fierté », a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby.
Il a déclaré que la décision avait été prise car elle pourrait ouvrir la porte à d’autres contestations de la règle mise en place en juillet.
« Cela ne reflète en aucun cas un manque de respect ou d’admiration pour les personnes (de) la communauté LGBTQ +, le personnel en uniforme et en uniforme qui sert dans ce département », a ajouté Kelly. « Nous sommes fiers d’eux. »
Une étude RAND de 2015 a révélé que 5,8 pour cent des militaires s’identifiaient comme lesbiennes, gays ou bisexuels.
Le premier jour de son mandat, Biden a signé un décret ordonnant aux agences fédérales de protéger les personnes LGBTQ en vertu de toutes les lois fédérales interdisant la discrimination fondée sur le sexe. Biden a également annulé l’interdiction faite aux personnes transgenres de s’enrôler et de servir ouvertement dans l’armée.
La Maison Blanche Biden a également annulé une ordonnance émise par le secrétaire d’État de Trump à l’époque, Mike Pompeo, sur le fait de brandir le drapeau de la fierté et certaines ambassades américaines, notamment en Inde et en Australie, soulignent leur soutien aux personnes LGBTQ.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*