Affrontement entre la police israélienne et les Palestiniens à Jérusalem


JÉRUSALEM: la police israélienne s’est affrontée samedi avec des manifestants palestiniens à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem pendant la nuit la plus sainte du Ramadan dans une démonstration de force qui a menacé d’aggraver les pires troubles religieux de la ville sainte depuis plusieurs années. Auparavant, la police avait bloqué des bus chargés de pèlerins qui se dirigeaient vers Jérusalem pour la prière à Islamle troisième site le plus sacré de.
La police a défendu ses actions en tant que mesures de sécurité, mais celles-ci ont été considérées comme des provocations par les musulmans qui accusent Israël de menacer leur liberté de culte. Les revendications concurrentes sur Jérusalem-Est, qui abrite les principaux sanctuaires du judaïsme, de l’islam et du christianisme, sont au cœur du conflit israélo-palestinien et ont déclenché de graves violences dans le passé.
Les troubles sont survenus un jour après des violences au cours desquelles des médecins palestiniens ont déclaré que plus de 200 Palestiniens avaient été blessés dans des affrontements dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa et ailleurs à Jérusalem. La violence de vendredi a suscité des condamnations de la part des alliés arabes d’Israël et des appels au calme de la part des États-Unis et de l’Europe et de la Les Nations Unies. La Ligue arabe a prévu une réunion d’urgence lundi.
Tôt dimanche, l’armée israélienne a déclaré que des militants palestiniens dans la bande de Gaza avaient tiré une roquette sur le sud du pays qui est tombée dans une zone dégagée. En réponse, des avions ont percuté un poste militaire du Hamas, le groupe militant qui dirigeait le territoire. Aucune victime n’a été signalée dans l’une ou l’autre des attaques.
Le chef de la police, Koby Shabtai, a déclaré qu’il avait déployé davantage de policiers à Jérusalem à la suite des affrontements de vendredi soir, qui ont fait 18 blessés. Après des semaines de violence nocturne, Israéliens et Palestiniens se préparaient à de nouveaux conflits dans les jours à venir.
“ Le droit de manifester sera respecté mais les troubles publics seront accueillis avec force et tolérance zéro. J’appelle tout le monde à agir de manière responsable et avec retenue ”, a déclaré Shabtai.
Samedi soir était “Laylat al-Qadr” ou la “ Nuit du Destin ”, la plus sacrée du mois sacré musulman du Ramadan. Les autorités islamiques ont estimé que 90 000 personnes se sont rassemblées pour des prières nocturnes à Al-Aqsa, le troisième site sacré dans l’Islam.
Une grande foule de manifestants a scandé “ Dieu est grand ” devant la porte de Damas de la vieille ville, et des policiers ont bombardé des pierres et des bouteilles d’eau. Les patrouilles de police ont tiré des grenades assourdissantes alors qu’elles se déplaçaient dans la zone, et un camion de police tirait périodiquement un canon à eau.
Des médecins palestiniens ont déclaré que 64 Palestiniens avaient été blessés, principalement par des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes ou des coups, dont une femme au visage ensanglanté. Onze personnes ont été hospitalisées, selon les médecins.
Un homme avec un petit garçon a crié à la police alors qu’ils passaient. “ Tu devrais avoir honte! ”, A-t-il dit.
Auparavant, la police avait signalé des affrontements dans la vieille ville, près d’Al-Aqsa, et dans le quartier voisin de Jérusalem-Est de Sheikh Jarrah, où des dizaines de Palestiniens luttent contre les tentatives des colons israéliens de les expulser de leurs maisons. La police a signalé plusieurs arrestations et a déclaré qu’un policier avait été frappé au visage avec une pierre.
Plus tôt samedi, la police a arrêté un convoi de bus rempli de citoyens arabes sur la route principale en direction de Jérusalem pour les prières du Ramadan. Le radiodiffuseur public israélien Kan a déclaré que la police avait arrêté les bus pour un contrôle de sécurité.
Les musulmans jeûnent de l’aube au crépuscule pendant le ramadan, et les voyageurs, contrariés d’avoir été arrêtés sans explication par une journée chaude, sont sortis des bus et ont bloqué l’autoroute en signe de protestation. Kan a montré des images des manifestants en train de prier, scandant des slogans et marchant le long de l’autoroute en direction de Jérusalem. La route a été rouverte plusieurs heures plus tard.
Ibtasam Maraana, un député arabe, a accusé la police d’une “terrible attaque” contre la liberté de religion. “Police: Souvenez-vous que ce sont des citoyens et non des ennemis”, a-t-elle écrit sur Twitter.
La vague actuelle de manifestations a éclaté au début du Ramadan il y a trois semaines, quand Israël a restreint les rassemblements dans un lieu de rencontre populaire à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem. Israël a levé les restrictions, apaisant brièvement la situation, mais les manifestations ont repris ces derniers jours contre les menaces d’expulsions à Jérusalem-Est, qui sont revendiquées par les deux parties dans leur conflit vieux de plusieurs décennies.
D’autres développements récents ont également contribué à l’atmosphère tendue, y compris le report des élections palestiniennes, la violence meurtrière dans laquelle un adolescent palestinien, deux Palestiniens armés et un jeune Israélien ont été tués dans des incidents séparés en Cisjordanie, et l’élection au parlement israélien de un parti nationaliste juif d’extrême droite.
Un législateur de droite, Itamar Ben-Gvir, a brièvement installé un “ bureau ” extérieur à Sheikh Jarrah, près des maisons de résidents menacés d’expulsion.
Dimanche soir, les Israéliens juifs commencent à marquer le “ Jour de Jérusalem ”, une fête nationale au cours de laquelle Israël célèbre son annexion de Jérusalem-Est et les nationalistes religieux organisent des défilés et d’autres célébrations dans la ville. Lundi, un tribunal israélien devrait rendre un verdict sur les expulsions prévues à Sheikh Jarrah.
Israël s’est emparé de Jérusalem-Est, ainsi que de la Cisjordanie et de Gaza – territoires que les Palestiniens veulent pour leur futur État – lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967.
Israël a annexé Jérusalem-Est dans un mouvement non reconnu internationalement et considère la ville entière comme sa capitale. Les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est – qui comprend les principaux lieux saints pour les juifs, les chrétiens et les musulmans – comme leur capitale, et son sort est l’une des questions les plus sensibles du conflit.
L’enceinte de la mosquée Al-Aqsa est le troisième site le plus sacré de l’Islam. C’est aussi le site le plus sacré des Juifs, qui l’appellent le Mont du Temple parce que c’était l’emplacement des temples bibliques. Cela a longtemps été un point critique dans le conflit israélo-palestinien.
Ces derniers jours, les protestations se sont multipliées contre la menace d’expulsion d’Israël à Sheikh Jarrah de dizaines de Palestiniens impliqués dans une longue bataille juridique avec des colons israéliens qui tentent d’acquérir des propriétés dans le quartier.
Les États-Unis se sont déclarés “ profondément préoccupés ” tant par la violence que par les menaces d’expulsions. Le soi-disant Quatuor des faiseurs de paix au Moyen-Orient, qui comprend les États-Unis, Union européenne, La Russie et les Nations Unies, ont également exprimé leur inquiétude.
L’Égypte et la Jordanie, qui ont conclu la paix avec Israël il y a des décennies, ont condamné les actions d’Israël, tout comme les pays du Golfe de Bahreïn et des Émirats arabes unis, deux des quatre pays arabes qui ont signé des accords de normalisation négociés par les États-Unis avec Israël l’année dernière. le Émirats arabes unis a exprimé sa “ ferme condamnation ” de l’assaut d’Al-Aqsa par Israël.
Dans un appel à la télévision palestinienne vendredi soir, le président Mahmoud Abbas a salué la “ position courageuse ” des manifestants et a déclaré qu’Israël portait l’entière responsabilité de la violence. Abbas a reporté la semaine dernière les élections législatives prévues, invoquant les restrictions israéliennes à Jérusalem-Est pour le retard.
Le ministère israélien des Affaires étrangères avait précédemment accusé les Palestiniens de s’être emparés des menaces d’expulsions, qu’il a qualifiées de “ différend immobilier entre des parties privées ”, afin d’inciter à la violence.
Le Hamas, qui dirige la bande de Gaza et s’oppose à l’existence d’Israël, a appelé à une nouvelle Intifada, ou soulèvement.
Tard samedi, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés le long de la frontière instable de Gaza avec Israël, brûlant des pneus et lançant de petits explosifs. Les forces israéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes sur la foule. Aucune blessure n’a été immédiatement signalée.
Dans une interview accordée à une chaîne de télévision dirigée par le Hamas, le principal dirigeant du groupe, Ismail Haniyeh, a averti le Premier ministre israélien. Benjamin Netanyahu de ne pas “ jouer avec le feu ” à Jérusalem.
“ Ni vous, ni votre armée et votre police, ne pouvez gagner cette bataille ”, a-t-il déclaré.

FacebookTwitterLinkedinE-mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*