Les «BookTokeurs », ces jeunes sur TikTok qui relancent les ventes de livres


Ces influenceurs littéraires, qui partageant leurs «coups de cœur» en vidéo, tirent les ventes des éditeurs. Moyennant finance, parfois.

Drôles et créatives, les recommandations de lectures en vidéo sur TikTok valent leur pesant d’or. Réunies sous le hashtag #BookTok, elles relancent de façon non négligeable les ventes de livres aux États-Unis, souligne le New York Times . Réalisées la plupart du temps par des adolescentes, ces courtes vidéos qui remettent en lumière des ouvrages déjà parus, interpellent. Au point que le monde de l’édition y décèle une manne non négligeable.

Le site de la chaîne de librairies américaines Barnes & Noble a créé un espace dédié aux livres plébiscités par la communauté des BookTokeurs. « Ils n’ont pas peur d’exprimer leurs sentiments à propos des ouvrages. Ils peuvent pleurer, crier, ou manifester leur colère en les jetant à travers la pièce. Cela devient une vidéo très émouvante de 45 secondes avec laquelle les gens se connectent immédiatement, déclare Shannon DeVito, directrice des livres chez Barnes & Noble. Nous n’avons pas vu autant de ventes s’envoler – des dizaines de milliers d’exemplaires par mois – avec d’autres réseaux sociaux, tels que Twitter ou Instagram.»

Des salaires de quelques centaines à quelques milliers de dollars

À titre d’exemple, The Song of Achilles (Le Chant d’Achille), paru en 2012, connaît un regain d’intérêt grâce à la vidéo de la jeune Ayman Chaudhary, qu’elle a postée en février dernier. Un film de quelques secondes, visionné plus de 150.000 fois, a généré pour le hashtag #songofachilles 19 millions de vues sur TikTok. Aujourd’hui, le livre comptabilise environ 10.000 exemplaires vendus par semaine, soit près de neuf fois plus qu’à sa sortie et figure en troisième position sur la liste des best-sellers du New York Times pour la fiction en format poche.

Les éditeurs ont également intégré dans leur service de presse ces jeunes lecteurs enthousiastes. John Adamo, le responsable marketing de Random House Children’s Books, explique au quotidien américain qu’il fonctionne désormais avec une centaine d’utilisateurs de TikTok.

Forte de ses 130.000 abonnés, Selene Velez, une jeune fille de 18 ans de la région de Los Angeles qui a rejoint TikTok l’année dernière, sous le pseudo @moongirlreads, tire profit de son statut d’influenceuse. Ses vidéos sont réalisées moyennant finance. Avec deux douzaines d’autres «BookTokeurs», elle a engagé une discussion sur Instagram pour connaître les éditeurs qui paient et à quel tarif. Les appointements variant de quelques centaines à quelques milliers de dollars.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*