Patrick Poivre d’Arvor accusé de viol : il s’est montré « très insistant » avec une chroniqueuse de TPMP


Patrick Poivre d’Arvor est dans le viseur de nombreuses femmes. Depuis que Florence Porcel a porté plainte contre lui en février dernier, pour agressions sexuelles et viols, les témoignages s’accumulent à l’encontre du journaliste. Une tribune du journal Le Monde a, une nouvelle fois, donné la parole à certaines victimes supposées de ces agissements le 15 mars 2021. Des histoires qui ont trouvé écho dans la mémoire de Géraldine Maillet, comme elle l’a expliqué sur le plateau de l’émission Touche pas à mon poste.

« J’ai écrit beaucoup de romans, a-t-elle rappelé. A l’époque, outre le fait qu’il présentait le journal de 20h, il avait aussi une émission littéraire, qui s’appelait Vol de nuit. C’était une émission très prescriptrice. En tant que jeune auteure, c’était mon premier roman, j’étais très contente d’être invitée. C’était très valorisant. L’émission s’est bien passée et à la fin de l’émission, effectivement, il s’est approché de moi d’une manière un petit peu cavalière. Une sorte de drague un peu lourde. Il m’a dit ‘J’ai beaucoup aimé votre livre et j’aimerai vraiment qu’on se revoit. Ca serait bien qu’on se revoit’. »

J’ai senti que c’était une sorte de drague un peu lourde

Mal à l’aise face à Patrick Poivre d’Arvor, Géraldine Maillet lui aurait promis une prochaine rencontre… professionnelle, à la sortie de son deuxième ouvrage. « C’était peut-être insistant de sa part. Peut-être que d’autres jeunes filles auraient pensé que c’était une sorte d’emprise qu’il voulait exercer sur moi, analyse-t-elle sur C8. Moi j’ai senti que c’était une sorte de drague un peu lourde mais je l’ai balayée d’un revers de la manche. Je n’ai pas vécu ça comme un traumatisme. Après ça, il m’a reçue à chaque fois pour tous mes livres, il n’a plus été ni insistant ni lourd. Mais quand je lis ça, je me dis que certaines jeunes filles n’ont pas eu la même réaction que moi.« 

Quand la jeune fille l’émoustillait, il pouvait être très pressant

Assise à la même table des chroniqueurs, dans le milieu depuis plusieurs décennies, Isabelle Morini-Bosc a apporté sa pierre à l’édifice. « Je l’ai côtoyé très longtemps, depuis mes débuts dans la profession, a-t-elle expliqué. Il avait toujours eu un comportement de séducteur. Avec moi non, parce que je m’en sors avec des boutades et Patrick a besoin de sentir l’admiration. Ce n’était pas mon cas. En revanche, il faut vous attendre à recevoir des dizaines de nouveaux témoignages. Parce que ces témoignages ils existent. Moi-même, j’ai eu des témoignages de plusieurs camarades, à TF1 ou pas, qui m’ont raconté. On a eu une journaliste à VSD qui s’est plaint de lui parce qu’elle avait été traumatisée, parce qu’elle était en adoration devant lui. Donc oui, quand la jeune fille l’émoustillait, il pouvait avoir des gestes très mal interprétés. Il pouvait être très pressant…. »

Patrick Poivre d’Arvor reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement de cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*