Bruno Le Maire, père impatient mais attendri : confidences sur ses quatre enfants


Un an de crise sanitaire devenue une crise économique promettant de mettre au chômage des milliers de salariés en France. En devenant ministre du président Emmanuel Macron, dont il ne partageait pourtant pas la même famille politique, Bruno Le Maire ne pouvait pas imaginer où il mettait les pieds. Mais, au milieu d’un emploi du temps surchargé, chacun de ses instants de liberté est consacré à sa famille. Une source nécessaire de bien-être.

Interrogé par le magazine Gala alors qu’il publie le livre L’ange et la bête (Editions Gallimard), Bruno Le Maire a évoqué sa passion des mots – il a été professeur de lettres pendant deux ans – qu’il essaye de cultiver pendant son temps libre. Ce goût de la lecture, il fait d’ailleurs en sorte de le transmettre à ses quatre enfants, des fils âgés de 9, 12, 18 et 21 ans ! “Mon petit dernier est celui qui lit le plus. Beaucoup de mangas. J’essaye de découvrir avec lui cette structure narrative et ces personnages. Peu importe qu’il ne lise pas Victor Hugo. Il est là, avec un livre et prend le temps de s’arrêter“, confie-t-il au magazine. Mais il reconnaît toutefois que ses garçons, tout comme lui, passent encore trop de temps sur leur smartphone.

Bruno Le Maire (51 ans) a également admis que bien qu’il aime les mots et les partager avec d’autres, il n’est pas du genre patient ! “Mes enfants peuvent en témoigner“, admet-il volontiers. Mais cela ne l’empêche pas d’être un père aimant et attentif. “Je suis souvent attendri lorsque j’observe mes fils. Voir les plus jeunes boire un bol de chocolat ou constater combien les aînés s’occupent bien des plus petits“, ajoute-t-il. Un petit bonheur qu’il partage avec sa discrète épouse. Une femme avec qui l’amour est toujours au rendez-vous. “J’éprouve toujours autant de plaisir à passer du temps avec Pauline après vingt-deux ans de mariage“, dit-il. Et nul doute que la nuit, lors de ses insomnies pendant lesquelles il jure penser aux salariés sur le carreau, elle le réconforte. A deux, on est toujours plus fort.

Gala, édition du 4 mars 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*