François Hollande verse les droits d’auteur de son dernier livre à un orchestre de Seine-Saint-Denis


L’ancien chef de l’État soutient un ensemble qui œuvre pour l’éducation artistique et l’insertion, à un moment où la pandémie du coronavirus fragilise l’ensemble du secteur.

C’est un geste qui compte à un moment où le monde de la culture traverse une crise sans précédent. Dans un entretien accordé à France Musique, l’ancien président de la République François Hollande a annoncé reverser à l’orchestre symphonique Divertimento de Stains, en Seine-Saint-Denis, les droits d’auteur de son livre pour enfants, paru l’an passé chez Glénat. Succès de librairie, Leur République expliquée aux jeunes et aux moins jeunes s’était hissé sur le podium des meilleures ventes de livres jeunesse.

«Ce qui m’a convaincu de reverser ces droits, même s’ils ne sont pas considérables, c’est son travail très important dans les quartiers, dans tous les lieux où l’accès à la culture est difficile» a expliqué François Hollande. «J’ai trouvé que c’était une belle initiative qui avait encore une capacité de développement. Pour ça il faut de l’argent, donc il faut trouver des donateurs. Je suis parmi ceux-là, mais il y a aussi des entreprises qui se sont mobilisées pour Divertimento. J’ai tenu une réunion d’ailleurs à Stains, avec le maire, les élus mais aussi les soutiens de cette initiative, qui a vocation à toucher 100.000 bénéficiaires» a-t-il poursuivi.

«C’est comme ça que je conçois la démocratie culturelle»

Fondé en 1998 par la cheffe d’orchestre Zahia Ziouani, l’orchestre Divertimento effectue de nombreuses actions culturelles en marge de ses concerts, en partenariat avec plusieurs établissements scolaires de Stains et de Seine-Saint-Denis. Il œuvre en particulier pour l’éducation artistique et pour l’insertion sociale de ses publics. Une démarche à laquelle est sensible l’ancien chef de l’État : «Ce qui m’a vraiment ému, quand je suis allé à Stains, c’est que des élèves de collège avaient avec Zahia Ziouani, la directrice musicale et artistique de l’ensemble, une discussion sur ce que sont les instruments de musique. Sur ce que signifie un orchestre, comment les musiciens peuvent avec leurs instruments participer à une harmonie. Cette initiation et les questions posées par les jeunes montrent une curiosité, une volonté.»

Interrogé par France Musique sur la souffrance vécue par les musiciens, et plus généralement par les artistes, en cette période d’asphyxie culturelle, François Hollande a affirmé comprendre et partager le fond de ce malaise tout en réaffirmant la nécessité de tenir encore un peu. «Je veux leur dire de tenir bon, parce qu’on va rouvrir les salles. Il faut les rouvrir. Peut-être partiellement, peut-être par étapes, mais il y aura de nouveaux des concerts, comme il y aura de nouveau des réunions publiques, des théâtres qui offriront encore une fois des pièces à découvrir.»

Tout en se gardant de critiquer l’action menée par le gouvernement, l’ancien Président de la République a enfin appelé de ses voeux un début prochain de décloisonnement de la culture : «C’est vrai qu’on ne peut pas ouvrir toutes les salles, accueillir tous les publics. Mais dans une grande salle on peut, avec un public réduit, assurer des concerts ou assurer des représentations.»

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*