La France et l’Indépendance de la Grèce, d’Antoine Roquette: une guerre romanesque


La guerre d’indépendance grecque fut le seul acte déterminant de la politique étrangère de la Restauration.

Depuis le triste événement de cet été en mer Égée, où la Turquie a menacé certains navires grecs, la question de la Méditerranée orientale s’est à nouveau imposée dans les agendas diplomatiques. Elle nous a fait replonger dans ce début du XIXe siècle quand la Grèce a pris son indépendance de l’Empire ottoman, de 1821 à 1832, à la suite d’une guerre dont personne ne voulait vraiment dans les Chancelleries occidentales mais qui réussit finalement à s’imposer grâce à la mobilisation de certains grands écrivains romantiques comme Lord Byron ou la société philhellène de Paris avec Constant et Villemain. La brutalité de l’oppression ottomane fit le reste. Et c’est ainsi qu’un peu contrainte et forcée la France de Charles X va prendre le parti des insurgés grecs, volant comme en 1776 au secours d’un peuple qui se soulève contre son colonisateur, violant le principe de légitimité que la monarchie restaurée tentait par ailleurs d’imposer à nouveau dans l’Europe du Congrès de Vienne.

Avec l’expédition

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? La France et l’Indépendance de la Grèce, d’Antoine Roquette: une guerre romanesque_12″, « customIDSPE »: « bGVmaWdhcm8uZnJfX2MzMDdkYmRhLTcxMDctMTFlYi1hMGU0LTM4N2I3ZGNhMjljMl9fQXJ0aWNsZQ== », « event »: « customEventSPE »}’>
Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*