Lucie Lucas dans La petite femelle : l’histoire vraie et glaçante de Pauline Dubuisson


« Ce projet est si différent de tout ce que j’ai pu faire auparavant… » C’est avec un plaisir non dissimulé que Lucie Lucas a commencé à parler de son dernier tournage pour France 2 le 19 janvier 2021. La comédienne et star de la série Clem a été recrutée pour interpréter le rôle de Pauline Dubuisson dans La petite femelle, un téléfilm attendu ce lundi 1er février. « Son histoire a été l’un des faits divers les plus retentissants de la France des années 50, et Pauline a été la cible d’une justice misogyne et du tribunal des moeurs…« , a-t-elle teasé par la suite.

Et en effet, réalisé par Philippe Faucon, le téléfilm retrace l’affaire de cette jeune étudiante accusée d’avoir tué son amant Félix en 1953. Mais, elle a surtout été épinglée à vie pour beaucoup plus que son crime présumé, à savoir sa conduite considérée immorale à une époque où la société n’a pas beaucoup de considération pour les femmes. Pauline Duboisson a su très jeune qu’elle ne voulait pas rentrer dans les rangs. En pleine Occupation, elle a eu une relation avec un colonel allemand ce qui lui a notamment valu d’être tondue et violée avant de comparaître devant un « tribunal du peuple ».

Un accident ou un crime passionnel ?

Pauline Dubuisson a commencé des études de médecine mais sa relation avec les hommes a continué de lui nuire. Notamment, celle avec Félix, un homme fou amoureux d’elle. Ce dernier a plusieurs fois fait savoir qu’il voulait l’épouser mais Pauline a toujours refusé, souhaitant d’abord terminer ses études. Elle n’a jamais été acceptée par la famille de son amant. Leur rupture était inévitable. Félix s’est par la suite résolu à accepter un mariage de raison, plongeant Pauline Duboisson dans le chagrin. Un jour, elle se serait donc rendue chez lui pour menacer de se suicider. Finalement, c’est Félix qui a été retrouvé mort. Pauline a plaidé l’accident mais la jeune femme a rapidement été condamnée aux travaux forcés à perpétuité à l’issue de son procès le 18 novembre 1953 et elle a échappé de peu à la peine de mort.

Pauline Dubuisson a été libérée pour bonne conduite le 21 mars 1960 et a tenté de refaire sa vie sous le nom d’Andrée (son deuxième prénom) mais son passé a fini par la rattraper avec la sortie du film La Vérité, avec Brigitte Bardot, inspirée de son histoire. Pauline Dubuisson a donc fui au Maroc où en 1963, elle est retrouvée morte dans son lit après s’être suicidée en avalant des barbituriques. Avec sa mort, elle a emporté ses secrets mais son histoire, elle, n’a jamais cessé d’inspirer la littérature et le cinéma.

La petite femelle, ce lundi 1er février 2021 sur France 2 dès 21h05

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*