Le président mexicain dit qu’il a Covid-19


MEXIQUE: Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a annoncé dimanche qu’il était infecté par le coronavirus, mais a déclaré que ses symptômes étaient bénins et qu’il se sentait optimiste.
“J’ai le regret de vous informer que je suis infecté par Covid-19. Les symptômes sont bénins mais je suis déjà en cours de traitement médical”, a déclaré l’homme de 67 ans dans un message sur les réseaux sociaux.
“Comme toujours, je suis optimiste. Nous y arriverons ensemble”, a-t-il déclaré.
Le populiste de gauche est rarement vu porter un masque facial en public, y compris lors de sa conférence de presse quotidienne, et a poursuivi la plupart de ses activités pendant la pandémie.
“Je vais mettre un masque. Vous savez quand? Quand il n’y a pas de corruption”, a-t-il dit en juillet.
Lopez Obrador a poursuivi ses voyages dans différentes régions du pays et s’est rendu vendredi dans l’État nord de San Luis Potosi.
Il a été critiqué pour avoir tardé à imposer un verrouillage au début de la pandémie et pour avoir continué à organiser des rassemblements et à saluer les partisans par des poignées de main et des câlins.
Lopez Obrador a subi une crise cardiaque en 2013 et a subi une angioplastie. Il souffre également d’hypertension – un facteur de risque de Covid-19.
Il rejoint d’autres dirigeants mondiaux, notamment l’ancien président américain Donald Trump, le président brésilien Jair Bolsonaro et le Premier ministre britannique Boris Johnson, entre autres, qui ont attrapé le virus.
Lopez Obrador a déclaré qu’il travaillerait depuis le palais présidentiel cette semaine et a délégué la ministre de l’Intérieur Olga Sanchez pour le représenter à sa conférence de presse quotidienne.
Il a également déclaré qu’il participerait à un appel téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine lundi au sujet de la possibilité pour le Mexique d’acquérir le vaccin contre le coronavirus Spoutnik V.
Le Mexique a officiellement enregistré plus de 1,75 million de cas de coronavirus et près de 150000 décès – le quatrième bilan le plus élevé au monde après les États-Unis, le Brésil et l’Inde.
Mexico est en état d’alerte maximale depuis la mi-décembre, avec plus de 90 pour cent des lits d’hôpitaux pleins en raison de la flambée des infections. Les activités non essentielles ont été suspendues dans la capitale.
Lopez Obrador est arrivé au pouvoir le 1er décembre 2018, promettant de «transformer» le pays après avoir balayé les deux partis politiques qui régnaient depuis des décennies.
L’ancien maire de Mexico et croisé autoproclamé anti-corruption a été appelé à démissionner pour sa gestion de la pandémie, mais bénéficie toujours de solides cotes d’approbation.
La nation latino-américaine a lancé un programme de vaccination de masse le 24 décembre en utilisant le vaccin contre le coronavirus développé par le géant américain du médicament Pfizer et son partenaire allemand BioNTech.
Il a également autorisé le tir développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford.
Les premiers vaccins ont été administrés aux agents de santé de première ligne, et Lopez Obrador a déclaré qu’il attendrait jusqu’en mars, date à laquelle les personnes de plus de 65 ans devraient être vaccinées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*