Donald Trump perd des millions : son empire coule, la fin du trumpisme ?


En devenant président des États-Unis,Donald Trump a réalisé son rêve. Cependant, l’Histoire risque de se rappeler de lui comme du pire gouvernant du pays, ayant mené une tentative de coup d’état en engendrant une attaque sans-précédent au sein même du Capitole. Résultat : il devient le premier chef de l’État américain à être visé deux fois par une procédure de destitution. L’impeachment tant attendu par les démocrates pourrait bien avoir lieu avant la passation de pouvoirs au président-élu Joe Biden, prévue à Washington le 20 janvier prochain.

N’existant plus sur les réseaux sociaux, critiqué de tous bords, accusé d’avoir engendré un terrorisme d’extrême droite : Donald Trump est en train de perdre tout avenir politique. Et même s’il souhaitait reprendre son métier d’homme d’affaires, l’ancien magnat de l’immobilier est en train de perdre plusieurs contrats historiques.

Comme le rapporte Le Point, le mari de Melania Trump a perdu un contrat estimé à 17 millions de dollars auprès de la ville de New York. Son maire, le démocrate Bill de Blasio, a annoncé que New York ne ferait “pas affaire avec des éléments insurrectionnels“. La Trump Organization, société de Donald Trump, gérait l’exploitation d’un manège et de deux patinoires de Central Park, ainsi qu’un club de golf du Bronx.

Les grandes entreprises lâchent Donald Trump

Le New York Times a dressé une longue liste de toutes les entreprises ou institutions ayant pris des distances ou coupé complètement les liens avec Donald Trump. La Bank of America a suspendu ses donations, la banque historique de l’ancien milliardaire, la Deutsche Bank, a décidé de ne plus faire d’affaires avec lui, Visa, American Express et Mastercard prennent également leurs distances.

Walmart, Disney, Airbnb, UPS, Coca-Cola, General Motors, Hilton, FedEx, Amazon, Ford, Mariott… toutes ces entreprises ont décidé de stopper leurs donations aux membres du Congrès ayant voté contre ceux qui ont refusé de certifier la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle. Résultat : les représentants trumpistes se retrouvent sans subventions. Difficile d’imaginer le futur du mouvement dans ces conditions.

Mercredi, Donald Trump a condamné les violences du Capitole dans un message vidéo transmis aux médias. “Aucun de mes véritables partisans ne pourrait être favorable à la violence politique. Si vous faites cela, vous ne soutenez pas notre mouvement, vous l’attaquez, vous attaquez notre pays. Nous ne pouvons le tolérer“, a-t-il déclaré. Dans la journée, la Chambre des représentants a voté à 232 voix contre 197 en faveur d’une procédure de destitution. Donald Trump devra s’expliquer devant les sénateurs, lors d’un procès qui se tiendra après son départ de la Maison Blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*