La tentation bavaroise de sir Simon Rattle


ANALYSE – Le chef anglais a accepté de prendre la tête de la principale phalange munichoise. S’il propulse la formation en haut de l’affiche, ce choix est aussi politique.

C’était un des plus en vue parmi les postes à pourvoir dans le monde classique. La nomination de sir Simon Rattle comme directeur musical de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise n’est pas une surprise car il faisait partie des favoris, et il s’était beaucoup montré à Munich ces derniers mois, y compris en temps de pandémie. Mais c’est à coup sûr un geste fort, qui peut s’interpréter de bien des manières. Rappelons d’abord que cet orchestre d’élite était sans chef depuis la mort en décembre 2019 de Mariss Jansons, qui avait laissé les musiciens en deuil d’un maestro aussi grand par son humanité que par son envergure artistique. Remplacer Jansons n’était donc pas une tâche facile. Or Rattle était un ami intime de Jansons et a eu, à la mort du chef letton, parmi les mots les plus justes et sincères que l’on ait entendus: marcher sur ses traces, à 66 ans, sera pour lui une manière de passage de témoin.

D’autre part, il connaît déjà bien l’orchestre dont il était un invité régulier,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*