Les dirigeants du monde s’adresseront à une session extraordinaire de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la pandémie de Covid-19


LES NATIONS UNIES: Mondedirigeants, les plus hauts dirigeants de l’ONU et les développeurs de vaccins prendront la parole cette semaine lors d’une session extraordinaire de deux jours de l’Assemblée générale des Nations Unies sur Covid-19 et discuteront de l’impact de la pandémie ainsi que de la réponse coordonnée et multidimensionnelle requise pour faire face aux crise sanitaire mondiale depuis des décennies.
La session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies en réponse à la pandémie de coronavirus (Covid-19) se tiendra les 3 et 4 décembre au siège de l’ONU.
le monde organisation a dit gouvernement dirigeants, Les dirigeants des Nations Unies et les autres parties prenantes concernées seraient en mesure d’engager un dialogue sur l’impact de la pandémie sur les personnes, les sociétés et les économies et de discuter de la réponse coordonnée et multidimensionnelle requise pour faire face à cette crise.
Adar Poonawalla, directeur général du Serum Institute of India, s’adressera également à la session à travers une vidéo préenregistrée le 4 décembre.
Les cofondateurs de BioNTech, Ugur Sahin et Ozlem Tureci, le chef d’équipe des vaccins à l’Université d’Oxford Sarah Gilbert et le directeur général de GAVI (l’alliance du vaccin) Seth Berkley prendront la parole virtuellement à la session extraordinaire.
AstraZeneca et l’Université d’Oxford travaillent sur un vaccin Covid-19, tandis que le fabricant mondial de médicaments Pfizer et BioNTech ont annoncé que leur vaccin candidat était efficace à 95%.
Mondedirigeants Le président afghan Ashraf Ghani, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre népalais K P Sharma Oli, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern et la chancelière allemande Angela Merkel devraient prendre la parole.
Le président Donald Trump ne figure pas sur la liste des orateurs de la session et le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux Alex Azar prendra la parole lors de la réunion de haut niveau.
La session extraordinaire de deux jours permettra à de nombreuses parties prenantes de partager leurs expériences dans la lutte contre la pandémie, de réfléchir à la réponse mondiale à ce jour et de forger une voie unie, coordonnée et centrée sur les personnes.
La pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 1,3 million de morts et infecté plus de 54 millions de personnes dans le monde, « n’est pas seulement la plus grave crise sanitaire mondiale depuis la création des Nations Unies il y a 75 ans, c’est aussi une crise humanitaire, socio – crise économique, sécuritaire et des droits de l’homme, « le monde dit le corps.
Le premier jour de la session comprendra les déclarations du Président de l’Assemblée générale Volkan Bozkir, du Secrétaire général Antonio Guterres, du Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre l’Ambassadeur sud-africain Jerry Matthews Matjila et du Président du Mouvement des pays non alignés Ilham Heydar oglu Aliyev. L’Assemblée générale entendra ensuite mondedirigeants.
Selon la liste des orateurs, 141 orateurs sont inscrits, dont 53 chefs d’État, 39 chefs de gouvernement, quatre vice-premiers ministres et 38 ministres.
La deuxième journée comprendra des discours du Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, et d’autres agences des Nations Unies et intergouvernementales.
Le porte-parole de Bozkir, Brenden Varma, répondant à la question de savoir s’il était bien trop tard pour tenir la session extraordinaire sur Covid-19, a déclaré que le Président de l’Assemblée générale convenait qu’il était déjà trop tard pour tenir cette réunion, qui aurait dû se tenir. l’été, car les cas de coronavirus augmentaient rapidement à travers le monde.
Varma a déclaré que les États membres se sont réunis et ont décidé de tenir cette session extraordinaire sur Covid-19. «Et le but de ceci est de réengager le multilatéralisme», a-t-il déclaré.
Actuellement, il y a beaucoup de réponses à Covid-19, mais le but de la session est de rassembler les pays, ainsi que les acteurs des Nations Unies, le secteur privé et les développeurs de vaccins pour travailler ensemble pour voir «où nous en sommes, faire le point et identifier les lacunes et les défis, puis avancer ensemble afin que nous ayons une réponse unifiée qui ait du sens et qui puisse réellement combattre cette pandémie », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*