Daniel Balavoine, ce héros posthume


ENQUÊTE – Le chanteur devenait incontournable dans la musique française quand il est décédé, en 1986. Il est aujourd’hui reconnu comme un musicien exigeant et visionnaire.

C’est peut-être la ballade la plus déchirante de Daniel Balavoine. Elle figure sur Sauver l’amour, album testament sorti quelques mois avant la disparition du chanteur, en janvier 1986. Intitulée Tous les cris, les SOS, elle connaît aujourd’hui une nouvelle vie avec l’interprétation tout en retenue de Benjamin Biolay sur la réédition de son album Grand Prix. «Daniel Balavoine était un grand harmoniste et un grand mélodiste. Pour un chanteur français des années 1980, il était à un niveau incroyable. Il allait chercher des accords diminués, il a dû travailler comme un fou. Et le texte de cette chanson est magnifique. Quant à la voix… Il chantait sur deux octaves, ce qui ne le rend pas évident à reprendre. En peu d’années, il a pris le temps de chercher un son à lui. Le plus terrible, c’est qu’il est mort alors qu’il devenait incontournable.»

Trente-cinq ans après l’accident d’hélicoptère qui lui a coûté la vie à l’âge de 33 ans, Daniel Balavoine semble enfin reconnu à sa juste valeur: celle

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*