Découvrez Le sourire d’Isis, par Christian Jacq


Réservé aux abonnés

EXCLUSIF – Chaque semaine, Le Figaro Magazine publie une nouvelle inédite d’un écrivain. C’est au tour de Christian Jacq.

Christian Jacq. Bruno Lévy – Photo12/Editions Stock

Les premières lueurs de l’aube illuminèrent la Montagne rouge où, lors du premier matin du monde, le soleil avait terrassé le démon des ténèbres. Malgré ses nerfs à vif, Mark Walker admira une fois encore ce miracle dont il ne se lassait pas depuis qu’il résidait en Égypte.

Espérant un appel téléphonique qu’il n’avait pas reçu, il monta dans sa Jeep et roula jusqu’à Saqqara, au sud du Caire. Sur ce gigantesque site archéologique, en grande partie inexploré, se dressait la première pyramide en pierre de taille. Ses degrés formaient un escalier monumental qu’empruntait l’âme du pharaon pour monter au ciel et en redescendre, afin de répandre sur terre une poussière d’or.

Pour l’égyptologue, la Terre promise. C’était là, et nulle part ailleurs, que son rêve pouvait devenir réalité. Au fil de ses recherches, il était tombé amoureux d’une ritualiste, Isis, qui avait vécu vers 660 avant J.-C. et joué de la musique en l’honneur d’Hathor, déesse du ciel et du bonheur.

Grâce à l’étude des papyrus, Walker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*