Thérèse, No Man’s Land, La Grâce, Dominique A… La sélection culture du jour


Réservé aux abonnés

Reconfinement oblige, tout le secteur culturel est à l’arrêt. Le Figaro vous propose des séances de rattrapage avec quelques-uns de ses coups de cœur.

Catherine Mouchet (
au centre), la «Thérèse» d’Alain Cavalier AFC / CNC / Films A2/Collection Christophel

LE FILM: Thérèse, en toute bonne foi

La sainteté est toujours récompensée. En 1987, Thérèse rafla une brochette de César. À Lisieux, on n’avait pas besoin de #MeToo pour exister. On connaît l’histoire. En 1888, la toute jeune Thérèse Martin tombe amoureuse du Christ. Il ne s’agit pas d’une simple figure de style. Elle veut entrer au couvent. Ça ne sera pas sans mal. La demoiselle est prête à s’adresser au pape. Le Carmel, où se trouvent déjà ses deux sœurs, finit par l’accueillir. Elle écrit «Jésus merci» à la plume avec son sang. Sa vocation ne fait guère de doute. Alain Cavalier se penche sur ce destin sans pareil. Les tableaux se succèdent. Il y a des fondus au noir. Les décors sont limités au minimum. On est dans l’épure, dans un dessin au trait sûr et précis. Le fond inspire la forme.

À l’époque, le réalisateur tourne le dos au cinéma traditionnel. Il filme à la première personne, se méfie de la fiction, louche vers le documentaire. Cela donne cette œuvre unique, singulière, qui se dresse comme un autel à la croisée des

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*