La présence du Pak au Conseil des droits est «  intolérable  »: ONG accréditée par l’ONU


WASHINGTON: la présence du Pakistan dans le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies est « intolérable » compte tenu de son bilan en matière de droits, a déclaré une ONG basée à Genève UN Watch, ajoutant que les minorités religieuses du pays d’Asie du Sud souffrent de discrimination, de violence sectaire et de conversions forcées.
La condamnation de l’ONG, qui surveille la performance des Nations Unies, intervient après que le gouvernement pakistanais ait défendu la décapitation d’un professeur de français à Paris par un terroriste islamique en affirmant que le blasphème sous le couvert de la liberté d’expression est «  intolérable  ».

Président français Emmanuel Macron a été critiqué par divers pays à majorité musulmane après avoir pris une position ferme sur l’islam radical et défendu les caricatures du Prophète Muhammad.
Les propos de Macron ne sont pas allés bien avec le Premier ministre pakistanais Khan qui a critiqué le président français, affirmant qu’il avait «choisi de provoquer délibérément les musulmans».
Dans une réponse au Premier ministre pakistanais Imran Khan«Le blasphème sous le couvert de la liberté d’expression est intolérable», a déclaré la veille de l’ONU: «Votre présence au Conseil des droits de l’homme de l’ONU est intolérable».
Dans un autre tweet, UN Watch a partagé une déclaration datée du 28 septembre dans laquelle il a présenté ses vues contre l’élection du Pakistan au conseil des droits. En octobre, le Pakistan a été réélu au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies malgré l’opposition de groupes militants au sujet de son bilan épouvantable en matière de droits de l’homme.
Les lois sur le blasphème sont exploitées pour attaquer et persécuter les membres des minorités religieuses, en particulier les chrétiens, indique le document.
<< Les minorités religieuses au Pakistan souffrent de discrimination, de violence sectaire et de conversions forcées. Chrétienne mère de cinq enfants, Asia Bibi a passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan pour blasphème après avoir eu une dispute avec des musulmanes locales autour d'une tasse d'eau. Deux Pakistanaises des politiciens ont été tués pour l'avoir soutenue », lit-on dans le document.
L’ONG a signalé que le Pakistan se classe parmi les 20% inférieurs de l’indice mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF).
Les enfants pakistanais sont soumis à de multiples formes de violence et d’abus, y compris des pratiques de travail abusives, des abus sexuels et des mariages d’enfants, a indiqué l’ONG dans le document.
<< Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, le Pakistan compte le sixième plus grand nombre d'enfants mariées au monde. Human Rights Watch (HRW) rapporte qu '<< en moyenne 11 cas d'abus sexuels sur des enfants sont signalés chaque jour au Pakistan >>, dont des filles aussi jeunes que 5 ans. En outre, le travail des enfants reste un problème grave, y compris la vente d’enfants à la servitude domestique et les enlèvements », a déclaré l’ONG.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*