La Daronne: Isabelle Huppert stupéfiante


CRITIQUE – La comédie de Jean-Paul Salomé autour du trafic de drogue mélange habilement genre policier et humour.

Isabelle Huppert a notamment appris l’arabe pour les besoins de la Daronne colorée qu’elle devient, tel un personnage de dessin animé.
Isabelle Huppert a notamment appris l’arabe pour les besoins de la Daronne colorée qu’elle devient, tel un personnage de dessin animé. Guy Ferrandis

Patience Portefeux (Isabelle Huppert) porte mal son prénom: elle en a «marre de tout». Se sent lasse et lassée par son existence plutôt solitaire. Elle a perdu son mari plusieurs années auparavant. Et veille sur sa mère installée dans un Ehpad. Heureusement, elle voit grandir ses deux filles équilibrées. Et apprécie son travail. Patience est interprète judiciaire franco-arabe pour la brigade des stupéfiants. Elle est en outre proche de son chef, qui a l’avantage d’être amoureux d’elle (Hippolyte Girardot).

Mais la coupe n’est pas assez pleine pour Patience, qui attend quelque chose d’autre de la vie. Quelque chose qui l’excite, la transporte, l’aide à trouver une place, la sienne. Son enfance n’est pas étrangère à sa quête. L’étincelle jaillit sans prévenir. Suite à un concours de circonstances bienvenu, elle se retrouve au cœur d’un trafic de drogue. Hors la loi. Travestie en «fille du bled» comme Isabelle Adjani dans Le monde est à toi , de Romain Gavras, en 2018. Roule la police et les

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à
découvrir.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*