”Stefan Edberg et Boris Becker ont été mes premières idoles ”



Roger Federer: ''Stefan Edberg et Boris Becker ont été mes premières idoles ''

Roger Federer s’est fait un nom en 2002, remportant le premier titre Masters 1000 et terminant la saison dans le top-6. Un an plus tard, le Suisse est allé plus loin en remportant sa première couronne majeure à Wimbledon et en clôturant l’année sur une bonne note avec le trophée ATP Masters Cup.

Avec ces cinq victoires dans le top 10, Federer a terminé deuxième derrière Andy Roddick, se préparant à attaquer pour prendre la première place au début de 2004. Devenu l’un des principaux joueurs mondiaux sous Peter Lundgren, Federer avait décidé de continuer sans le Suédois à partir de 2004, cherchant un nouvel entraîneur dans les semaines ou les mois à venir.

Lors de son premier match officiel sans entraîneur dans sa loge, Federer a fait un départ gagnant à l’Open d’Australie grâce à un triomphe avec un score de 6-3, 6-4, 6-0 face à Alex Bogolomov Jr.

La rencontre a duré une heure et demie, le Suisse ayant le dessus du début à la fin.

Roger Federer a perdu 15 points en 13 jeux de service, ne faisant face à aucun point de break et augmentant la pression de l’autre côté du filet.

L’Américain s’est battu courageusement dans les deux premiers sets, incapable de créer des dégâts au retour et a été breaké que deux fois.

Avec une avance massive de son côté, Federer a commencé à jouer encore mieux dans le troisième, en scellant l’accord avec un service gagnant dans le sixième jeu pour entrer dans le deuxième tour.

Douze mois plus tôt, Federer était parmi les favoris du titre à Melbourne, mais il a perdu contre David Nalbandian en cinq sets au quatrième tour. Le Suisse était prêt à viser des objectifs beaucoup plus élevés en 2004, se sentant confiant quant à son jeu et espérant une course en profondeur.

Interrogé sur ses idoles, Roger a mentionné les légendes du revers à une main Stefan Edberg et Boris Becker comme étant ses joueurs préférés en grandissant, Pete Sampras prenant leur place dans les années 90.

“Je suis content d’avoir bien commencé. Vous avez besoin de triomphes en deux sets dans les premiers tours. Je suis satisfait de ma performance une fois que j’ai trouvé le rythme; mon service et ma volée ont bien fonctionné.

Beaucoup de bouleversements peuvent arriver à Melbourne car certains joueurs ne sont pas à 100%. Pourtant, l’Open d’Australie est tout aussi essentiel que les trois autres Majors; Je suis prêt, quel que soit l’endroit dans le calendrier.

J’ai toujours admiré les joueurs avec un revers à une main. Stefan Edberg a été ma première idole et Boris Becker est venu après lui. Plus tard, mon joueur préféré était Pete Sampras mais je n’ai jamais essayé de copier qui que ce soit.

Je pense que les enfants devraient le savoir et suivre leur propre chemin, ” a déclaré Roger Federer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*