Roselyne Bachelot pressentie à la Culture


Jusqu’au bout Franck Riester se sera battu pour pouvoir poursuivre son action à la tête du ministère de la Culture. Mais à quelques heures de la présentation du gouvernement Castex, plusieurs noms circulaient avec insistance pour le remplacer, dont celui de Roselyne Bachelot. Ancienne ministre de la Santé (2007-2010) puis de la Cohésion sociale (2010-2012) dans les gouvernements Fillon, Bachelot avait pourtant quitté la politique, pour entamer une carrière dans les médias (D8, RMC, RTL). Elle fut même animatrice de la tranche matinale de LCI entre 2018 et 2019, avec L’heure de Bachelot. Il faut croire que l’appel du premier ministre, avec qui elle partage un amour de la musique classique et lyrique, est plus fort.

Le grand public n’a jamais perdu de vue Roselyne Bachelot, à travers ses chroniques télévisées – dont une aux «Grosses Têtes», sur RTL. En pleine épidémie de coronavirus, la ministre est par ailleurs revenue sur le devant de la scène politique, grâce à sa gestion de la grippe aviaire, en 2010.

À l’époque, Bachelot avait commandé des stocks importants de vaccins et de masques, qui n’ont pas été utilisés, puis ont été détruits. S’attirant des violentes critiques il y a 10 ans, ce principe de «précaution» est au contraire montré comme une marque d’habilité aujourd’hui. Au point que l’on ait parlé de «réhabilitation» de Roselyne Bachelot. Et que le gouvernement songe à elle, grande passionnée de musique classique la Rue de Valois. On lui doit notamment une anthologie de coups de cœur d’opéras, Salut à la France (Erato) qu’elle revendique comme un pont entre ses quarante ans de vie politique et sa passion pour la musique, «en refusant cette mise dans des cases qui est une caractéristique française». Avant d’ajouter chez nos confrères de France Info : «Parce que j’avais fait de la politique, parce que j’étais ministre, aller à l’opéra était une inconvenance ! Comment avais-je pu trouver le temps d’aller à l’opéra? Avec l’opéra, je revendique, ce besoin, ce droit, de me ressourcer dans l’art, la culture, la création.»

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*