Ces films stoppés par le Covid-19 qui reviennent sur les écrans


Sortis peu de temps avant la fermeture des salles, plusieurs longs-métrages promis à de beaux succès ressortent ce lundi.

Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky dans «La Bonne Épouse».
Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky dans «La Bonne Épouse». Carole BETHUEL/Les Films du Kiosque/Memento Films

Invisible Man

Elisabeth Moss collectionne les héroïnes malmenées par un patriarcat brutal (Top of the Lake, The Handmaid’s Tale). Au début d’Invisible Man, elle est une femme maltraitée par un compagnon violent. Quand elle le quitte, il se suicide. En apparence. Le harcèlement prend une forme inédite. Le scénariste et réalisateur australien Leigh Whannel, avec le producteur Jason Blum, met le concept imaginé par Paul Verhoeven en 2000 dans Hollow Man – L’homme sans ombre au goût du jour avec habileté.

En racontant l’histoire du point de vue de la victime et en faisant de l’homme invisible un riche patron de la Silicon Valley, le film donne une forme contemporaine au mythe créé par H. G. Wells, entre #MeToo et Gafam.

La Bonne Épouse

En 1967, la comédie de Martin Provost s’installe dans un pensionnat alsacien dirigé par Mme Van Der Beck (Juliette Binoche), élégance de poupée Barbie et stricts principes éducatifs. Elle dessine une caricaturale typologie féminine, la petite-bourgeoise mariée (et

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à
découvrir.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*