La WNBA reviendra aussi fin juillet, c’est officiel : il n’est pas trop tard pour annuler vos soirées barbeuc’


Le rayon de soleil se conjugue aujourd’hui au féminin. La WNBA finalise elle aussi son plan de retour sur les parquets avec des grosses certitudes. Si les garçons ne vous suffisent pas, les filles remettront leur short dès la fin du mois de juillet.

Traditionnellement calée entre mai et octobre, la WNBA n’a même pas pu commencer, en raison du COVID-19. Depuis sa création en 1996, cela n’était jamais arrivé à la meilleure ligue féminine. Un problème majeur sur le papier, mais très bien géré ensuite pendant deux mois. Alors que des rumeurs vers un retour à la compétition s’intensifiaient, on apprend via un communiqué de presse de la WNBA, que les 12 équipes vont reprendre le chemin des parquets. Habituées à jouer 34 matchs de saison régulière, les joueuses devront se contenter de 22 rencontres avant des Playoffs au format traditionnel. Clair, net et précis. Comme leurs homologues masculins, toutes les équipes seront réunies en un seul endroit : la IMG Academy, à Brandeton en Floride. Géant complexe de 235 hectares, joueuses et staffs, logeront, s’entraîneront et joueront dans une bulle similaire à Disney World, mais sans Mickey. Une réussite fondatrice pour la Comissionner de la WNBA, Cathy Engelbert.

« Nous finalisons un plan de début de saison pour tirer parti de la formidable dynamique générée dans la ligue pendant l’intersaison et avons utilisé les principes directeurs de la santé et de la sécurité des joueuses et du personnel essentiel pour établir les protocoles nécessaires et étendus. Nous continuerons de consulter des experts médicaux et des responsables de la santé publique ainsi que des joueuses, des propriétaires d’équipes et d’autres parties prenantes à mesure que nous avancerons dans notre plan d’exécution. Et, malgré la perturbation de notre saison 2020 causée par la pandémie mondiale, la WNBA et son conseil des gouverneurs croient fermement au soutien et à la valorisation des athlètes féminines d’élite qui jouent dans la WNBA et, par conséquent, les joueuses recevront leur salaire intégral et leurs avantages pendant la saison 2020. »

Concrètement, des sessions de training camp sont prévus à la IMG Academy dès le début du mois de juillet pour remettre tout le monde en forme, avant de basculer très vite sur la régulière, fin juillet. Une saison qui risque aussi fortement d’être marquée par un contexte social explosif aux États-Unis. Ou plutôt annoncée comme une occasion unique pour passer des messages forts et soutenir la communauté afro-américaine. Toujours selon Cathy Engelbert, l’idée de plateforme et de dons est déjà sur la table et n’a plus qu’à être lancée fin juillet. En réalité, la ligue s’engage à aider les joueuses s’impliquant pour le progrès social avec la volonté de changer les choses. Autre mesure, les ventes réalisées sur les produits marqués du slogan Bigger Than Ball seront partiellement reversées pour The Equal Justice Initiative, association militant contre les injustices économiques et raciales. Deux idées émises par Ed Davis pour les garçons, une nécessité pour Cathy Engelbert et la WNBA.

« La WNBA s’oppose au racisme sous toutes ses formes, et George Floyd et Breonna Taylor sont les derniers noms d’une liste d’innombrables autres qui ont fait l’objet de brutalités policières qui découlent de l’oppression systémique des personnes noires en Amérique. C’est notre responsabilité collective d’utiliser nos plateformes pour apporter des changements. »

Le mois de juillet s’annonce comme le mois de la renaissance pour les fans de basket. La WNBA commencera sa saison avec une volonté déjà exacerbée. Les planètes sont alignées pour donner autant de bonheur que de messages forts aux téléspectateurs.

Source texte : WNBA.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*