Helena Bonham Carter raconte sa rencontre avec le «sociopathe» Harvey Weinstein


L’actrice affirme dans un podcast de la BBC avoir reçu des avances du producteur déchu et se souvient d’une «brute» sans la moindre compassion.

«Il a essayé de me masser la nuque. Je savais que ça ne finirait pas bien alors je suis partie.»
«Il a essayé de me masser la nuque. Je savais que ça ne finirait pas bien alors je suis partie.» Adam Gray/SWNS/ABACA

«Je n’en ai pas parlé parce que j’ai l’impression que tout a déjà été dit à son propos». Helena Bonham Carter aussi a croisé la route de Harvey Weinstein. Et comme beaucoup d’autres actrices, elle n’en garde pas de bons souvenirs. Dans un podcast du journaliste Louis Theroux de la BBC, l’actrice raconte l’une de ses rencontres avec le producteur déchu.

Harvey Weinstein, condamné à 23 ans de prison ferme en mars dernier pour agression criminelle sexuelle, aurait approché la comédienne britannique pour tenter d’obtenir une faveur sexuelle. «Il m’a littéralement touchée, explique l’actrice de 53 ans. Il a essayé de me masser la nuque. Je savais que ça ne finirait pas bien, alors je suis partie.»

«Sur la corde raide»

Si le producteur jouissait déjà d’une très mauvaise réputation, l’interprète de Marla Singer dans Fight Club explique qu’elle n’avait pas connaissance de ses agissements à l’époque. «Je ne savais pas qu’il traquait les gens, déclare la muse de Tim Burton. Je n’avais pas connaissance des viols, mais je savais qu’il faisait des choses malsaines, des passes.»

Elle avoue toutefois avoir été gênée par les rapports professionnels qu’elle a pu avoir avec Harvey Weinstein. «C’était une brute, poursuit-elle. Il maltraitait les gens. Il avait un comportement de sociopathe en quelque sorte. Je l’ai vu traiter des gens si mal… Il n’y avait aucune compassion de son côté et c’est cela qui m’a perturbé.»

En 2018, Helena Bonham Carter confiait déjà au média britannique The Guardian avoir tenu tête au producteur. «Je me souviens de choses qu’il m’a demandé de faire et auxquelles j’ai dit non, affirmait-elle. Je savais que j’étais sur la corde raide. Le défier n’était pas une chose facile, car je savais que je risquai de perdre mon job.»

» À voir aussi – Procès Weinstein: l’affaire qui a fait trembler Hollywood

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*