Roger Federer: »Sans Pete Sampras et Andre Agassi, nous pouvons battre les États-Unis »


Lançant la saison en dehors du top 60, Roger Federer a fait des progrès notables en 2000, progressant dans deux finales ATP et obtenant plus de 30 positions sur la liste ATP pour terminer dans le top 30. Représentant la Suisse avec Martin Hingis à la Hopman Cup, Federer a remporté le titre pour entamer la prochaine saison de manière gagnante, atteignant le quart de finale à Sydney où Sébastien Grosjean l’a battu en deux sets.

Lors de l’Open d’Australie, le Suisse a embrassé trois rencontres de plus contre les rivaux Français, battant Arnaud Di Pasquale et Nicolas Escude pour passer au troisième tour lors de du deuxième Major consécutif.

Le jeune Suisse a eu besoin d’une heure et 45 minutes pour renvoyer Escude 6-1, 6-4, 6-4, frapper 12 aces et repousser cinq des six chances de break pour contrôler le tableau de bord et entrer dans les 32 derniers.

D’un autre côté, il a breaké Nicolas cinq fois au total, prenant un départ parfait et se tenant fort dans les deuxième et troisième sets pour sceller l’affaire en sets consécutifs, se préparant pour le duel contre le 18eme mondial Arnaud Clement au troisième tour.

Malgré un nombre élevé de fautes directes, Roger était satisfait de la performance contre Escude et d’avoir conclu l’affaire en moins de deux heures, préservant l’énergie pour le prochain match qu’il a perdu en trois sets serrés.

Interrogé sur le prochain affrontement de la Coupe Davis contre les États-Unis à Bâle, Federer pensait que la Suisse aurait une chance devant les supporters locaux et contre l’équipe Américaine sans Andre Agassi et Pete Sampras.

« C’était un bon match aujourd’hui; j’en suis heureux. Victoire en deux sets; c’est toujours bien de gagner en moins de deux heures aux Majors, ça aide avant le prochain affrontement. J’ai eu beaucoup de fautes directes, je dois améliorer cela.

Sinon, je suis content d’avoir atteint le troisième tour. Avec Sampras et Agassi, il serait vraiment difficile de battre les États-Unis en Coupe Davis. Mais maintenant, ils viennent avec Gambill, Woodruff, Todd Martin; à Bâle, nous aurons une chance contre ces gars-là.  »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*