Il lui avait dédié sa chanson des vieux amants, Thérèse, la veuve de Jacques Brel, est morte à 93 ans


Elle aura survécu près d’un demi-siècle à son mari. Thérèse Michielsen, dit «Miche», la veuve de Jacques Brel, est décédée à l’âge de 93 ans dans la nuit de lundi à mardi rapporte la presse belge.

Née à Etterbeek en Belgique, Thérèse Michielsen rencontre Jacques Brel à la fin des années 1940 à la Franche Cordée, mouvement de jeunes catholiques. «Quel est ce farfelu qui remuait énormément d’air autour de lui ? À un moment donné, après quelques réunions où il était là, j’ai dit « si ce type vient encore, moi je ne viens plus… » Ça s’est terminé autrement», se souvenait-elle de cette rencontre, comme le rapporte Paris Match .

La secrétaire de profession se marie avec le futur chanteur en 1950. De cette union naissent à trois filles : Chantal, un an plus tard (elle est décédée en 1999), France, en 1953 (aujourd’hui gérante de l’héritage Brel) et Isabelle, en 1958.

Malgré les nombreuses infidélités de son mari, Thérèse Brel n’a jamais demandé le divorce.

Dans une lettre envoyée à Thérèse Michielsen, publiée des années plus tard, le chanteur reviendra sur cet amour non conventionnel au sujet de sa «Miche» : «Peut-être sommes-nous maintenant au-dessus ou plutôt par-delà l’amour ? Complices, gentils et tendres.» Il dédiera d’ailleurs à sa «miche» une chanson devenue culte, La chanson des vieux amants, sortie en 1967.

La dernière relation extraconjugale connue du chanteur fut avec l’actrice guadeloupéenne Maddly Bamy, rencontrée en 1972 sur le tournage du film de Claude Lelouch, L’aventure c’est l’aventure, et avec laquelle il entretiendra une idylle jusqu’à sa mort en 1978. «Je crois qu’un homme est un nomade. Il est fait pour se promener, pour aller voir de l’autre côté de la colline. Et je crois que par essence, la femme l’arrête», déclarait Brel dans une interview à la télévision belge en 1971.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*