Angèle balance sur la une de Paris Match qu’elle juge «décrédibilisante et sexiste»


Angèle voit flou. Cette semaine, Paris Match a choisi de mettre à l’honneur la jeune chanteuse belge, en lui accordant sa couverture. Suprême consécration pour beaucoup d’artistes. Mais l’hommage n’a pas vraiment été apprécié par l’interprète de Balance ton quoi, qui dénonce sur son compte Instagram une une à la fois «décrédibilisante et sexiste».

En couverture, l’artiste de 24 ans, vêtue d’un ensemble rose, est assortie de ce titre : «Génération Angèle, subversive mais pas agressive». Un choix éditorial pointé du doigt par la chanteuse qui rappelle tout d’abord qu’elle n’a jamais validé la photo, prise en 2018. «Cette coupe, ma pause, ce costume, cette couleur, ce titre», écrit-elle, accompagnant son message d’émojis dégoûtés pour traduire son mécontentement.

Outre la photo, elle dénonce cette publication «sans son consentement, en considérant que je n’ai pas mon mot à dire»? Avant d’ajouter qu’elle est particulièrement exaspérée par les termes utilisés dans la titraille par le magazine. «Ils rallient mon image, mon nom et toute une « génération », carrément, dans la case jeune fille (en rose) qui ose donner son avis (donc « subversive »… il en faut peu, hein) mais sans être « agressive »», déplore-t-elle.

On l’ouvre mais en restant jolies et polies hein

Angèle

Pour l’auteur de l’album Brol , l’expression «subversive mais pas agressive» employée par Paris Match renvoie directement aux critiques dont les militantes féministes font régulièrement l’objet. «Heureusement que je ne fais pas partie de ces VILAINES féministes VIOLENTES et HYSTÉRIQUES», écrit-elle avec sarcasme. «Parce que ok, on l’ouvre mais en restant jolies et polies svp hein».

Cet appel au féminisme «doux» a déjà été passé après la 45e cérémonie des César et le sacre tant controversé de Roman Polanski. De nombreuses personnalités s’étaient exprimées sur le sujet, dont l’acteur Roschdy Zem. Si le comédien n’a pas remis en cause la colère et le «combat des femmes tout à fait légitime», il a cependant estimé «qu’à cette colère doivent succéder le débat et l’échange». Même recommandation du côté de Juliette Binoche, qui a affirmé qu’il faut être «patient avec le monde masculin».

«Plus décrédibilisant et sexiste tu meurs», conclut dans son message la chanteuse Angèle. Avec ses titres engagés comme Ta Reine, qui aborde l’homosexualité féminine, l’artiste belge incarne pour beaucoup de ses fans une figure de proue du féminisme. Un combat mené jusque dans ses clips, notamment dans Balance ton quoi où elle incarne la professeur d’une académie fictive contre le sexisme, face à son élève joué par Pierre Niney.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*