Je pense que je déteste perdre plus que j’aime gagner


L’ancienne No. 1 mondiale, Caroline Wozniacki, du Danemark, dit qu’elle détestait perdre plus qu’elle n’aime gagner, c’est pourquoi elle s’est entraînée beaucoup plus durement au cours de sa carrière.

Elle s’est exprimée à ce sujet dans une interview de l’émission « Wozniacki – jusqu’à la dernière balle » sur TV 2. Dans l’interview, la Danoise parle de sa carrière depuis le début de sa jeunesse jusqu’à sa retraite, et de comment son père l’a rendue responsable d’elle-même dès son plus jeune âge.

« J’ai dû trouver un moyen de réserver des vols, et j’ai même appelé Adidas pour savoir s’ils me parraineraient. C’était quand j’avais 10 ans. Je suis très têtue.

Je ne pense pas que vous puissiez arriver à ma place dans le tennis si vous n’êtes pas têtue. Je veux être la meilleure ou faire du mieux que je peux dans tout ce que je fais. C’est à la fois à l’école, sur le court de tennis et dans la vie en général.

Je pense que je déteste perdre plus que je j’aime gagner. Lorsque vous détestez perdre autant que moi, vous vous entraînez également dur pour gagner plus que vous ne perdez. Je pense donc que c’est juste la volonté du combattant que j’ai. »

Wozniacki a déclaré que la même attitude l’a aidée lorsqu’elle a fréquenté la prestigieuse Université de Harvard, à l’automne 2019, pour suivre un cours qui prépare les athlètes professionnels à la vie après leur carrière.

« J’ai obtenu la meilleure note de toute la classe, donc c’était plutôt cool. Cela m’a donné un petit coup de pouce. » La Danoise s’est également souvenue de la mort de sa grand-mère lors de l’entretien.

« Quand ma grand-mère est décédée, je jouais à Wimbledon. J’étais très proche de ma grand-mère et j’ai joué en simple, en double et en mixte ce jour-là qui a été un jour triste.

Avant de mourir, elle m’a donné un trèfle à quatre feuilles, que je l’ai mis sur un bracelet que j’avais avec moi pendant de nombreuses années. C’est l’une des choses qui m’a donné un coup de pouce supplémentaire lorsque j’en avais besoin. »

À propos de sa retraite, Wozniacki a expliqué : « L’une des choses qui va me manquer, c’est l’adrénaline qui se manifeste lorsque vous gagnez un match ou un point fantastique. Les secondes immédiatement après, je pense que ça va me manquer parce que je pense que ça va être difficile de l’obtenir de quelque chose d’autre que je pourrais faire dans la vie. »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*