Flashback des concours de la All-Star Saturday Night 2019 : Jayson Tatum, un bûcheron et John Collins en aviateur


Cette nuit, le All-Star Weekend nous offrira ses traditionnels concours pour nous chauffer avant le match du lendemain. On en profite pour faire un petit tour de l’événement 2019, entre Skills Challenge, Slam Dunk Contest et Three-Point Contest.

On commence avec le Skills Challenge, et un beau roster chez les grands comme chez les petits. Dommage que tout ce beau monde soit plus venu pour s’amuser que pour gagner, en témoignent de splendides courses en petites foulées. Au premier tour, Nikola Jokic se voyait opposé à Niko Vucevic, et c’est le premier qui s’est imposé dans ce duel de gros. Tatum a ensuite donné un petit cours à un Mike Conley qui semblait découvrir l’usage de ses jambes. Le Skills Challenge est un concours d’adresse, mais il ne faut pas oublier de courir. Ensuite, c’est à Trae Young de venir à bout de De’Aaron Fox. Le monosourcil dégarni choke ses passes, mais rattrape son retard d’un shoot du logo. On revient sur ce qu’on disait juste avant, rien ne sert de courir quand on peut tirer de loin. Dernière rencontre entre Doncic et un Kyle Kuzma, fraîchement nommé MVP du Rising Stars. Le gars du lac devra se contenter de cette récompense. Luka prend son temps et donne de l’avance au Kuz, avant de le taper lui aussi à trois points avec un grand sourire plein de dents. Victoire sponsorisée par Colgate pour le Slovène. Viennent ensuite les demi-finales, avec un Jokic – Tatum et un Young – Doncic. L’ailier des Celtics prouve son ADN de scoreur en foirant ses passes avant de doubler Niko sur la fin derrière l’arc. Le duel de rookies, qui sont définitivement liés, voit Trae l’emporter. De quoi se rassurer comme on peut de la Draft 2018 pour Atlanta. Ce qui nous mène à une belle finale Hawks – Boston. Paradoxe, Tatum nous fait une Trae et arrache la victoire d’un énorme shoot du milieu de terrain. Dommage pour le faucon, il fallait shooter plus vite, un vrai bust celui-là. JayJay ramène donc le trophée à la maison après un final d’exception. Le public l’acclame, le joueur est en larmes… ah non, c’est le Skills Challenge. La récompense fera toujours un bel objet pour caler une porte.

On passe au concours à trois points avec là aussi du beau monde pour représenter le noble art du tir de loin. Au premier tour, Joe Harris se lance mal avant d’assurer un carton plein sur son rack de money balls et d’enchaîner les ficelles pour arriver à 25 points. Buddy Hield est chaud et assure neuf de ses 10 Ballons Monnaie, il double le sniper de Brooklyn avec un superbe 26. Invité au concours à défaut d’être All-Star, Devin Booker commence mal lui aussi, mais cette fois trop pour passer au second tour malgré ses 23 points. Même score, même constat avec Danny Green qui est plus régulier mais qui ne pourra tenter sa chance pour le trophée. Tant pis, un autre type de trophée bien sympa l’attend un peu plus tard dans la saison. Parmi les déçus, on retrouve Seth Curry qui finira à 16 unités et un Khris Middleton avec 11 petits points et un poignet mal huilé. A moins qu’il n’ait trop fêté sa première sélection au match des étoiles… Enfin, section hommage : Dirk Nowitzki finit entier et au chrono, ce qui est déjà un bel exploit, et s’en sort avec 17 points et deux beaux parpaings. Damian Lillard fait honneur à l’Allemand en tapant le même score, et en étant encore plus lent qu’un joueur de 40 ans. Ce qui nous amène à une finale entre un Stéphane, Harris et Buddy Hield, et c’est Joe le bûcheron qui ouvre le bal. Dans l’exercice, le Brooklynois cale une série de 9 ficelles de suite avant de finir en beauté sur le rack de money balls, on met directement la barre haute avec 26 points. Buddy Hield finit aussi bien qu’il commence mal, et il finit très bien. Ce faux départ le mène à un 19 insuffisant. Vient ensuite le monstre, el hombre que no temía la distancia (ça veut dire « l’homme qui ne craint pas la distance » pour ceux qui n’ont pas fait espagnol LV2), Stephen Curry. Le MVP unanime se lance très fort en shootant à 9/9, avant que la malédiction ne le frappe quand les hommes au micro commencent à parler de record. Le Splash Bro s’arrête à mi-chemin des 18 tirs d’affilée, et un passage à vide le verra finir avec « seulement » 24 points. Brooklyn et l’association des gardes forestiers peuvent être fiers, Joe Harris remporte le titre de meilleur tireur de loin 2019. C’est toujours ça de pris, non ?

Enfin, le Dunk Contest. Chaque année, on l’attend, et il répond avec plus ou moins de succès. En 2019, ça penchait pas mal du côté du moins. Miles Bridge, à domicile devant le public de Charlotte, claque des beaux dunks. Les réussir en moins de trente tentatives, ça aurait été mieux. Malgré un 50 au second cassage d’arceau, le maigre 33 du premier ne sera pas rattrapé. John Collins, lui, a décidé de faire dans le grand spectacle. On ramène l’armée de l’air et une très belle maquette d’avion qu’il va accrocher au passage, plus qu’à faire un constat. Un an après, on ne sait pas qui a le plus souffert du choc entre le tibia et l’accessoire, bye bye John Collision. Il faudra compter sur Dennis Smith Jr. et surtout sur Hamidou Diallo pour se rincer l’œil, mais pas trop quand même. Les deux assurent leurs dunks sans fioriture et tapent des scores solides. Le concours offre du mieux, de l’hommage, des stars sur qui sauter et des figures de meilleure qualité. DSJ enfile le maillot universitaire de son pote J Cole avant de l’enjamber sur un dunk sympatoche, le mot est soigneusement choisi. La finale se joue entre le jeune du Thunder et celui des Knicks. Le meilleur moment, c’est Hamidou Diallou qui va nous l’offrir avec LE dunk de l’événement. Sous son maillot du Thunder, le joueur dévoile le S de Superman, avant de s’envoler au-dessus du Shaq. On note une pointe de saute-mouton, mais Hamidou finit ça proprement avec l’avant bras dans l’arceau. Le rookie en profite pour taper la pose, accroché au panier avec son maillot déchiré, c’est la photo de la soirée. Il enchaîne avec une passe pour lui-même dans un dunk mi-beau mi-sécurité, la réponse de Dennis Smith Jr. en lâchant un gros tomar sur Dwyane Wade ne suffit pas à compenser. Malgré le 50, le petit score obtenu suite à trois premiers essais ratés est trop lourd à porter. Des smashs honnêtes avec un coup d’éclat d’un Diallo sur ressorts, mais surtout de trop nombreuses tentatives, c’était pas franchement le concours de la décennie. 2016 à jamais dans nos cœurs, en espérant que cette année Aaron Gordon sera à la hauteur (range ce drone Aaron).

L’année dernière, les challenges ne brillaient que trop rarement, mais nous offraient tout de même quelques belles images. Du shoot à distance, un monsieur accroché à un panier et un message d’espoir aux bûcherons du monde entier, c’est aussi ça la NBA. On espère avoir droit à du mieux ce soir, quand on est accroc à la NBA, mieux vaut quelques moments d’éclat que rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*