Anand Amritraj : » Nous allons vivre une accalmie en double dans les années à venir »


Bien que l’Inde ait une certaine présence dans le circuit simple de l’ATP grâce à Prajnesh Gunneswaran, le circuit double est un peu froid depuis que la domination de Leander Paes et Mahesh Bhupathi a pris fin.

La prochaine génération de joueurs de double est déja bien avancée dans la trentaine : Divij Sharan a 33 ans, Purav Raja 34 ans, Vishnu Vardhan 32 ans, Jeevan Nedunchezhiyan 31 ans et N Sriram Balaji, le plus jeune, aura 30 ans en mars.

Avec Leander Paes, qui en est à sa dernière année de tournée, le double indien se trouve dans une situation délicate. « Il va y avoir une accalmie dans le domaine du double pour les prochaines années », a déclaré Anand Amritraj, ancien capitaine de la Coupe Davis pour l’équipe d’Inde.

« Je ne pense pas qu’aucun des jeunes joueurs soit intéressé par le double, et surtout aucun d’entre eux ne sait comment jouer au filet, qui est un élément important du double »

Amritraj a ajouté : « La seule façon de les contrer est d’avoir une équipe solide. Il faut s’accrocher à un partenaire pendant au moins un an, créer une chimie et une compréhension, pour se donner une chance.

Mais malheureusement, personne ne veut faire cela maintenant » « Je pense que les comparaisons (avec Paes, Bhupathi) sont inévitables », a ajouté M. Raja, qui a fait brièvement équipe avec Paes en 2017.

« Mais le double est un sport complètement différent maintenant. Comme nous l’avons vu à l’Open d’Australie, n’importe qui peut désormais remporter un titre en double, le champ est grand ouvert.

C’est comme si on comparait Ramanathan Krishnan et Somdev Devvarman ; alors que Krishnan devait se mesurer à 200 joueurs, Somdev devait se mesurer à 2000″ « Il est difficile pour nous de participer à des tournois importants du tour », a déclaré M.

Raja. « Nous avons besoin des points de classement. Donc pour l’instant, étant donné que nous n’avons absolument aucune structure en Inde et que nous ne recevons que très peu d’aide, le simple fait que certains d’entre nous se qualifient pour le Grand Chelem et c’est une bonne chose », a-t-il conclu.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*