Le producteur de “The Hunt” Jason Blum et l’écrivain Damon Lindelof s’expriment: “Ce n’est pas un film dangereux”


Universal et Blumhouse sont prêts à dévoiler «The Hunt», un thriller satirique qui suit un groupe d’élites libérales qui tentent de traquer et de tuer les conservateurs de «l’État rouge» pour le sport, après avoir annulé sa première sortie en salles l’an dernier. Dans une interview avec Crumpa, le producteur Jason Blum et le co-scénariste Damon Lindelof ont fait valoir que le film a été qualifié de biais envers les partisans de Trump et a fait valoir qu’il ne prônait pas la violence.

“Ce n’est pas un film dangereux”, a déclaré Lindelof. «Ce n’est pas un film provocateur. Ce n’est pas un film qui divise. »

Les cinéastes ont peut-être voulu offrir une égalité des chances dans leur représentation des libéraux comme des snobs grivois au caviar et au champagne et des conservateurs comme des survivants armés, mais “The Hunt” est devenu une patate chaude avant même que le public ait vu le film. «The Hunt», qui a fait l’objet de critiques de la part du président Donald Trump, devait initialement sortir en salles le 27 septembre 2019. À la suite de la controverse grandissante et des fusillades de masse à Dayton et El Paso, Universal a annulé ces plans, tirant à partir du calendrier de sortie.

Cependant, le studio estime qu’une grande partie de la couverture médiatique entourant le film était incorrecte et que le moment est venu de réintroduire le film aux cinéphiles. Il ouvrira ses portes le 13 mars 2020. Une nouvelle bande-annonce et une nouvelle affiche qualifient le film de “film dont personne n’a jamais vu le plus parlé”. Dans le cadre de cette réintroduction, le studio a projeté le film pour des journalistes, dont ce journaliste. Il est vrai que les personnages libéraux et conservateurs sont peints à grands traits et représentés comme des caricatures. Il est également vrai que c’est un film qui flirte avec la provocation politique tout en enveloppant ces allusions à la polarisation dans un paquet de culture pop. Celui qui, étant une sortie de Blumhouse, a sa juste part de sang et de sang.

Dans «The Hunt», les riches libéraux qui chassent les conservateurs qualifient leurs proies de «déplorables» et dénigrent «notre rat-er-en-chef» dans un échange de texte (Trump n’est jamais mentionné par son nom). Dans une autre scène, un chasseur libéral tire sur un homme après avoir dit: «le changement climatique est réel». L’une des victimes conservatrices est dépeinte comme anti-gay, une autre dénonce les immigrants illégaux, parle de «l’État profond» et fantasme sur passe “Hannity” pour dénoncer une conspiration libérale. Le personnage central, joué par Betty Gilpin, ne parle jamais explicitement de ses convictions politiques. Elle a un accent méridional, est adepte de toutes sortes d’armes et est une ancienne combattante. Peut-être que cela fait d’elle un membre de l’ensemble MAGA?

Le public décidera finalement si le regard incisif de «The Hunt» sur le fossé croissant entre la gauche et la droite dans le pays est divertissant et précieux. Mais avant de le faire, Blum et Lindelof expliquent pourquoi ils se sentent à l’aise de sortir le film dans ce climat.

Avez-vous soutenu la décision d’Universal de retirer le film de sa sortie?

Jason Blum: Nous l’avons tous fait. Ce n’était pas la seule décision d’Universal. Il y avait ce genre de tornade sauvage d’événements, et cela semblait être la bonne chose à faire. Ce n’était jamais notre idée de faire disparaître le film pour toujours. Nous voulions le retirer du calendrier afin qu’il y ait du temps pour traiter les choses et réintroduire le film dans le monde. Cela a fini par prendre de trois à quatre mois.

Pourquoi est-ce le bon moment pour le publier?

Damon Lindelof: Ça fait juste du bien. Et comme de plus en plus de gens commencent à le voir, nous avons gagné en confiance dans le fait que ce n’est pas un film dangereux. Ce n’est pas un film provocateur. Ce n’est pas un film qui divise. Je pense que le grand changement entre maintenant et alors est que plus de gens l’ont vu et qu’ils ont répondu positivement.

Les médias se sont-ils trompés sur le film dans sa couverture de la controverse?

Blum: Nous avions l’impression que tout le monde s’était trompé parce que personne n’avait vu le film. C’était le film le plus parlé que personne n’ait jamais vu. Donc, ce que nous étions tous les deux très désireux de voir le film et de se rendre compte que le film est 100% satire et se moque également des deux côtés. Nous voulions voir cela représenté dans ce sur quoi les gens écrivaient, mais encore une fois, ils ne pouvaient pas parce que personne ne l’avait vu.

Lindelof: Tout était question d’équilibre, et nous pensions que le film était en fait assez équilibré en termes de prises de vue. C’est probablement ce qui a été mal rapporté. Le film qui était présenté était incliné, et nous ne l’avons pas perçu de cette façon.

Vous avez dit que vous vouliez réintroduire le film dans le monde. Comment allez-vous faire cela et sera-t-il difficile étant donné qu’il a, faute d’un meilleur mot, une puanteur?

Blum: Nous avons une bande-annonce et une affiche très, très différentes qui reconnaissent le voyage que nous avons fait. Nous mettons donc le film dans le monde d’une manière très, très différente de la première fois. Je ne suis pas inquiet. Quel que soit le film que vous diffusez, vous vous demandez comment l’impact de la conférence aura un impact négatif ou positif sur la sortie d’un film. Donc ce film n’est pas différent.

La dernière fois que vous vous prépariez à publier le film, le président Trump a affirmé que le film incitait à la violence contre ses partisans. Craignez-vous qu’il ne poursuive le film?

Lindelof: Nous ne sommes pas inquiets et nous espérons que si le président parle à nouveau du film, c’est parce qu’il l’a vu contre ce que les autres lui disent.

Blum: Notre véritable espoir est que le président voit le film.

Allez-vous mettre le film à la disposition du président pour le voir?

Blum: 100%

Après avoir décidé de mettre de côté «The Hunt», les cinéastes derrière «Joker» ont vécu quelque chose de similaire où il y avait beaucoup de crainte que cela puisse inciter à la violence. Avez-vous appris quelque chose en regardant comment ce film a géré la controverse.

Lindelof: C’est des pommes et des oranges. La façon dont la situation reflétait la nôtre est qu’il y avait une conversation en cours entre des personnes qui ne l’avaient pas encore vue. La conversation la plus intéressante concerne la façon dont les meilleurs films reflètent notre époque. Bong Joon Ho a dit que lui-même [at the Oscars]. Il a noté que la meilleure créativité est personnelle. Ce sont les choses auxquelles nous pensions et écrivions. Plus important encore, nous pensons que le moment est tout à fait approprié pour avoir une conversation sur un film qui reflète à travers un objectif très absurde un pays divisé où nous croyons le pire les uns des autres. Ce film est un récit édifiant pour ce qui se passe lorsque cela se réalise à son extrême. Ce film ne célèbre pas la violence. Il ne célèbre pas les stéréotypes, les remous ou les hypothèses sur, de l’autre côté, dans des citations aériennes. Il excore ce comportement et, plus important encore, il s’amuse dans le processus.

Pourquoi vouliez-vous faire ce film?

Blum: J’étais attiré par les mêmes choses dans ‘The Hunt’ que j’étais attirée dans ‘Get Out’. C’était totalement nouveau. Totalement différent. C’était juste un plaisir absurde et comme je n’en avais jamais lu auparavant.

Lindelof: L’intention était de refléter ce qui se passait. Les deux questions que je pose toujours avant de tomber amoureux de quoi que ce soit sont «pourquoi» et «pourquoi maintenant?» Je pense que la réponse à la raison pour laquelle était cette idée d’être inondé de théories du complot. Vous n’êtes pas tout à fait sûr de ce qui est vrai, et certains d’entre eux sont complètement et totalement ridicules et s’avèrent être vrais. Certains qui sont banals se révèlent faux. Cette idée de ce que je crois, semblait être un thème très mûr à prendre. Le «pourquoi maintenant» de tout cela est que ce système de croyances commençait à se confondre avec les idéologies libérales et nous commencions à porter des jugements sur les membres de notre famille et nos amis. C’est un récit édifiant. Je me souviens avoir vu le film “The Day After” quand j’étais enfant, et il vous a montré à quoi pourraient ressembler les conséquences d’un conflit nucléaire entre les États-Unis et l’URSS. Je voulais le faire avec «The Hunt», mais avec un sens du jeu. C’est une prémisse absurde que nous faisons avec une touche légère. «Sortez» m’a appris que vous pouvez aborder un sujet extrêmement sérieux, mais avoir une présentation vraiment amusante.

Avez-vous déjà envisagé de publier le film directement en streaming?

Blum: Non. Le film rentre dans la catégorie d’un événement. Nous avons toujours voulu qu’il y ait une sortie en salles.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*