«Better Call Saul», saison 5: revue de télévision


Particulièrement quand on considère la série dont elle est issue, «Better Call Saul» semble être un drame inhabituellement amoureux de la délibération.

Les événements de «Breaking Bad», sur lesquels le personnage de Saul Goodman (Bob Odenkirk) est apparu pour la première fois, se sont produits progressivement, mais d’un seul coup, alors que le glissement de son protagoniste dans la méchanceté s’est accéléré au-delà de ce qu’il était capable ou désireux de contrôler. L’année dernière, “El Camino”, un film dérivé de “Breaking Bad” plus directement en lien avec le style de son prédécesseur, était un rappel de la propulsion du spectacle, parfois au détriment de la crédibilité ou de la respiration. En revanche, «Better Call Saul», au début de sa cinquième et avant-dernière saison, reste l’image d’une retenue blanche mais réelle. Comme joué dans cette préquelle par Odenkirk, Saul, qui deviendra éventuellement un avocat amoral de cheville ouvrière de la drogue, joue toujours aussi vite et librement avec certains aspects de l’éthique juridique, mais il maintient toujours une emprise sur certains principes fondamentaux de son ancien faneur. moi-même, un idéaliste ambitieux.

Le glissement prolongé du compromis vers l’amoralité rend «Better Call Saul» convaincant à long terme – un spectacle dont le portrait de l’entropie pendant des années est fascinant. La saison dernière s’est terminée avec le fait que Saul a pris son nouveau nom et abandonné «Jimmy McGill», l’identité liée à son défunt frère, à leur rivalité et à sa lutte pour être pris au sérieux par la profession juridique. Maintenant, il distribue des téléphones portables à des flâneurs dans les quartiers plus semenciers d’Albuquerque, lui disant que s’ils le gardent en numérotation abrégée, il peut leur promettre une réduction de cinquante pour cent. Au revoir, grands rêves de loi; un bonjour renouvelé à l’agitation sans fin pour prouver un autre type de point, pour se venger de quiconque aurait pu attendre plus de lui.

C’est, en gros, un excellent endroit pour commencer, et le temps qu’il a fallu pour y arriver était, rétrospectivement, bien passé! Mais dans un sens épisode par épisode au fur et à mesure que de nouveaux épisodes se déroulent, le spectacle semble parfois avoir plus de vision que de plan: un sens de lui-même, mais une manière d’y arriver trop arrêtée de moitié. Parfois, comme avec l’introduction de plus de membres de l’univers “Breaking Bad” dans la série depuis sa première saison, le spectacle semble presque tourner ses roues, tuant le temps jusqu’à ce que Saul Goodman soit retenu par Walter White. Les changements au niveau moléculaire du spectacle dans l’éthique personnelle de Saul sont trop facilement submergés par l’intrusion de théâtres de style «Breaking Bad». Il veut être un portrait moral méthodique, mais pour une raison quelconque, il ne peut pas se le permettre tout le temps.

Cette saison, Saul et son compagnon «Bad» devenu le pilier de «Saul» Mike Ehrmantraut (Jonathan Banks) sont à nouveau rejoints par Gustavo Fring (Giancarlo Esposito), un personnage qui nous a montré à peu près tout ce qu’il avait dans sa première manche . Fring est exigeant et régi par un code de conduite strict qui ne correspond pas du tout aux normes morales conventionnelles; cela a été plombé à ce qui semblait à l’époque comme un point concluant au cours de la décennie précédente. Sa présence ici a tendance à donner au spectacle l’impression de tergiverser vers une fin de partie plutôt que de monter des enjeux, car lui et Saul habitent des univers moraux différents même maintenant, et le sien est beaucoup plus flashy même s’il ne fait pas l’objet du spectacle. D’autres personnages nouvellement importés de “Breaking Bad” pour des camées prolongés qui suscitent la nostalgie, mais aucune nouvelle idée ne donnent l’impression que le spectacle commet le péché du service des fans. Ce n’est pas impardonnable dans l’art, mais c’est un peu en dessous de l’émission “Better Call Saul” essaie autrement d’être.

Ce spectacle a été un riff sur des thèmes tangents à ceux de «Breaking Bad» – principalement, à quoi il ressemble quand une personne est attirée vers le péché alors même qu’elle sait à quel point les récompenses seraient bonnes pour être bon – et cela continue à apparaître dans cette cinquième saison. Dans ce qui reste la performance la plus sous-estimée de la télévision actuelle, Rhea Seehorn continue de briller en tant que Kim Wexler, l’avocate qui résume ce conflit entre bonté et indulgence, tout comme Saul. Kim, dans la nouvelle saison, résiste aux suggestions plus évidentes de Jimmy sur la façon de gérer sa carrière – jusqu’à ce qu’elle ne le fasse pas, et fait tranquillement la chose facile mais mauvaise. C’est une bataille qui se déroule au sein de Kim, une femme qui s’est battue pour chaque pouce de respect qu’elle a obtenu dans l’industrie juridique, mais ne peut pas l’aider à affectionner le douteux Saul, qu’elle connaît toujours sous le nom de Jimmy. Quand elle lui présente une mallette avec ses anciennes initiales, “JMM”, il plaisante en disant que cela pourrait toujours être réalisable, et défend la devise “Justice Matters Most”. Odenkirk, trop vieux pour être un novice juridique maintenant et trop triste pour être aussi jovial qu’il le souhaite, excelle dans ce genre d’humour noir irlandais. Et la représentation de Seehorn de la prise de décision au ralenti de Kim autour du fait que ce n’est vraiment qu’une blague – que, pour Saul, la justice obtenue par la loi importe moins que son propre sens du grief et tente de le servir – reste douloureuse, ne serait-ce que parce que nous savons ce qui nous attend. Pour autant que le public le sache, Kim ne fait pas partie de la vie de Saul lors des événements de «Breaking Bad».

Cela rappelle la manière dont «Better Call Saul» peut sembler aussi inutile que son personnage central, un homme qui, dans cette nouvelle saison, a la possibilité de réclamer ce qu’il est censé vouloir pour toute la série – une place au table dans un grand cabinet d’avocats – et, sans dévoiler sa décision finale, ne dit certainement pas oui instantanément. Cette série a construit au cours de plusieurs saisons une dynamique qui vibre d’une vie douloureuse et vivante qui lui est propre, et semble sans relâche vouloir la fusionner avec un spectacle qui, bien qu’accompli, a eu sa journée à explorer des dynamiques qui sont franchement moins convaincantes. Le spectacle lui-même est attiré vers la solution de facilité à une situation à laquelle il ne devrait pas du tout essayer d’échapper, en faisant appel à des personnages familiers, si tapotés, non pour terminer son histoire mais pour marquer des points dont il n’a guère besoin.

«Better Call Saul» est, déjà, l’une des émissions les plus abouties de son moment; le fait qu’elle ait eu tendance à ne pas trouver le succès des récompenses de sa série précédente pourrait parler du frémissement en cours plutôt que de la brûlure rapide de ses plaisirs. Il est difficile de ne pas souhaiter, cependant, que la série, alors qu’elle entre dans sa phase finale, fasse confiance à ses téléspectateurs pour comprendre que nous regardions une préquelle “Breaking Bad” tout en gardant la délicatesse de l’humeur de cette série, et nous a fait confiance pour nous souvenir de ceux que Saul associera bientôt sans les ressusciter à effet diminué. Cette humeur est mélancolique, mélancolique, scintillante de lutte et d’amour qui, nous le savons, disparaîtra bientôt. Qu’il ne semble pas y avoir de place pour la grandiosité de «Breaking Bad» est précisément le point.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*