Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats ARCLK.IS 7-fév-20 16h15 GMT


Istanbul, 8 février 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription révisée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats d’Arcelik AS vendredi 7 février 2020 à 16 h 15 GMT

Mesdames et messieurs, merci de votre présence. Je suis Constantino, votre opérateur d’appel de chœur. Bienvenue et merci de vous joindre à Arçelik A.S. conférence téléphonique et webdiffusion en direct pour présenter et discuter des résultats financiers de l’année 2019.

La conférence est en cours d’enregistrement.

Pour le moment, je voudrais confier la conférence à M. Polat Sen, directeur financier; Mme Hande Saridal, directrice des finances; et M. Orkun Inanbil, directeur IR.

Monsieur Sen, vous pouvez maintenant poursuivre.

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – Directeur financier et directeur général adjoint des finances et de la comptabilité [2]

Merci beaucoup. Bonsoir à tous les participants. Ce soir à – réunion d’aujourd’hui, nous avons annoncé nos résultats 2019. Arçelik a enregistré 31,9 milliards de TRY de chiffre d’affaires avec une croissance de 19% des ventes. De plus, nous avons soumis une marge d’EBITDA de 10,5% avec une croissance de 20% de la valeur d’EBITDA.

Nous avons surperformé le marché intérieur avec d’énormes gains de parts de marché, et nous continuons à augmenter nos ventes, en particulier dans nos domaines d’intervention, l’Europe et la région MENA, une croissance de près de 6% dans le segment encastré, une croissance de 17% dans les petits appareils électroménagers et Croissance de 2% des principaux appareils électroménagers Grundig.

Comme vous le savez, nous avons acquis Singer Bangladesh cette année, ce qui a contribué à notre croissance, soit près de 4,7% de la croissance inorganique au cours de cette année. Arçelik a été en mesure de gérer très efficacement son fonds de roulement cette année. I – nous avons vu qu’il se situe entre 7% du fonds de roulement et que le ratio des ventes est le plus bas de la dernière décennie.

Nous sommes toujours – nous pouvons voir que d’après les résultats, notre génération de cash-flow libre est d’environ 1,8 milliard TRY, ce qui est principalement dû à une concentration accrue sur la génération de cash-flow et la gestion du fonds de roulement.

Nous sommes – également le contrôle des prix sur le CapEx a également contribué à ces résultats de flux de trésorerie. Nous avons été le leader de l’industrie dans l’indice Dow Jones Sustainability Index, catégorie des biens ménagers durables. Et très récemment, au cours du premier trimestre de cette année, nous avons également été sélectionnés en tant que leaders de l’industrie de l’indice de durabilité The Financial Times dans la – sur notre catégorie également.

Passons donc aux faits saillants du trimestre. Notre chiffre d’affaires au cours du trimestre a augmenté de 13% pour atteindre 8,4 milliards de TRY, la rentabilité brute est inférieure d’un trimestre à l’autre, principalement en raison de la composition géographique, l’augmentation des ventes internationales du dernier trimestre étant supérieure à celle des ventes en Turquie. .

Nous avons pu afficher une marge d’EBITDA de 10,5% au dernier trimestre en ligne avec les résultats globaux de l’année. Les prix des matières premières sont toujours stables. Le rapport OpEx / chiffre d’affaires est d’environ 25,2%. Et nous avons pu générer 767 millions TRY de flux de trésorerie disponibles au quatrième trimestre 2019.

Nous continuons d’améliorer notre fonds de roulement net en termes de ventes, car je viens d’évoquer les faits saillants annuels. Et notre effet de levier est stable par rapport aux autres trimestres.

Je voudrais donc confier la présentation à Orkun pour passer aux performances commerciales et aux performances du marché.

————————————————– ——————————

Orkun Inanbil, Arçelik Anonim Sirketi – Responsable IR [3]

————————————————– ——————————

Bonsoir à tous et bienvenue à nouveau à notre présentation. Lorsque vous regardez les facteurs clés qui ont affecté nos ventes et notre marge au cours du dernier trimestre, pour la croissance du chiffre d’affaires, comme M. Sen l’a mentionné, nous avons enregistré une croissance du chiffre d’affaires d’environ 13%. Largement soutenu par notre nouvelle société au sein de notre groupe, Singer Bangladesh. De plus, nous continuons d’enregistrer une croissance organique, tant sur le marché intérieur que sur les marchés internationaux. Vous verrez également quelques détails dans les prochaines diapositives.

De toute évidence, la livre turque plate a eu, disons, un impact neutre, disons, sur notre croissance du chiffre d’affaires au dernier trimestre. Lorsque vous regardez la marge brute, nous continuons de bénéficier de prix stables des matières premières. Au moins, il n’y a pas eu de vents contraires au dernier trimestre. Et un facteur négatif que nous pouvons dire est que la part turque dans le portefeuille était plus faible en raison de la saisonnalité, et nos ventes internationales ont augmenté au dernier trimestre. Comme vous le savez tous, notre marge brute a été légèrement inférieure au quatrième trimestre.

Lorsque vous regardez la ligne EBITDA, elle était exactement de 10,5%. Et au cours de ce trimestre, nous avons vu une contribution plus élevée d’incitations telles que la qualité des aliments et d’autres incitations que nous recevons de certains pays, et nous entrerons dans les détails dans la diapositive financière.

Au cours de ce trimestre, la contribution de la mise en œuvre d’IFRS 16 a été légèrement plus élevée par rapport au trimestre précédent. Il était légèrement supérieur à 100 points de base pour le quatrième trimestre. Lorsque vous regardez le ratio de vente OpEx, par rapport au trimestre précédent, il était en ligne avec – en termes de ratio de vente OpEx et cela nous a aidés à maintenir la marge d’EBITDA autour de 10,5%.

Lorsque nous passons au marché, le marché intérieur, comme vous pouvez le voir sur les chiffres du marché, le marché était positif. Au dernier trimestre, les chiffres pour le MDA-6 et les climatiseurs proviennent de la disposition du fabricant local. Et ce sont des chiffres de vente. Lorsque vous regardez le segment TV, ce sont des chiffres de détail. Il reflète donc directement la demande du consommateur final et provient d’une étude de panel d’une société d’études de marché.

Quand vous [look at Arçelik] performance dans le segment MDA-6, nous étions inférieurs à la performance du marché. Mais comme vous le savez tous très bien, nous avons surperformé le marché au cours des 3 premiers trimestres. Donc – et quand vous regardez toute l’année, notre – nous avons enregistré une croissance lorsque vous regardez toute l’année. Donc, au dernier trimestre, il y a eu un certain ralentissement.

Dans le segment des climatiseurs, il y a eu une énorme augmentation du marché, et nos ventes étaient – l’augmentation des ventes était encore plus élevée. Mais le quatrième trimestre est, en fait, une petite partie de la demande, disons, les ventes sont disponibles dans la catégorie des climatiseurs. Je peux dire que c’est autour de seulement 15% ou 16% de la demande sur toute l’année.

Et lorsque vous regardez le segment TV, nous continuons à profiter de notre part de marché autour de 25%, et nous étions le deuxième acteur de ce segment.

Et comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, la demande continue d’être négative lorsque vous regardez la croissance en glissement annuel pour chaque mois. Et à partir du mois de septembre, nous voyons que la demande s’accélère évidemment, il y en avait – une partie de la raison était la base basse de l’année dernière. Mais nous – comme vous pouvez le voir, le marché était meilleur avait une meilleure performance au cours du dernier trimestre.

Et quand vous regardez les chiffres annuels, et nous voulions simplement comparer 2017 et 2019. Comme vous pouvez le voir, au cours des 2 dernières années, le rétrécissement du marché pour la catégorie MDA-6 et la télévision était légèrement supérieur à 20%, ce qui montre qu’il y a une demande déprimée, et nous pensons qu’elle reviendra dans l’année à venir.

Lorsque nous passons aux marchés internationaux. Sur la gauche, vous pouvez voir la demande – la demande de détail sur ces marchés pour une période de 9 mois et 12 mois. Comme vous pouvez le constater, le marché britannique a déjà bien performé au cours des 9 premiers mois, et nous avons constaté un certain ralentissement au troisième trimestre. Et nous voyons une nouvelle fois la demande s’accélérer au dernier trimestre sur le marché britannique. Et cela s’est traduit par un chiffre positif pour l’ensemble de l’année, légèrement supérieur à 4%.

Lorsque vous regardez l’Allemagne, la France et l’Espagne, vous verrez qu’il y a eu une forte croissance de la demande au dernier trimestre, ce qui a porté le chiffre annuel à un meilleur niveau lorsque vous le comparez avec les 9 premiers mois. Donc, au dernier trimestre, l’image était meilleure – nous avions une meilleure image en Europe occidentale, peut-on dire. Mais lorsque nous nous déplaçons vers l’Europe de l’Est, la Roumanie et la Pologne, qui ont bien performé au cours des 3 premiers trimestres, nous avons constaté un certain ralentissement sur ces marchés en termes de demande de détail.

Il n’y a eu pratiquement aucun changement en Russie, qui a été négatif et a continué de l’être au dernier trimestre. Il était légèrement négatif autour de 1%.

Lorsque vous regardez nos principaux marchés, l’Afrique du Sud, comme vous pouvez le voir, la croissance sur 9 mois a été presque neutre. Mais quand on regarde les chiffres annuels, c’est – c’est un chiffre négatif. Et cela montre la baisse de la demande, la faible demande du dernier trimestre sur le marché sud-africain. Et nous voyons une image similaire aussi pour le Pakistan. Les conditions du marché continuent d’avoir un impact négatif sur le marché. Et lorsque vous regardez nos nouveaux marchés au sein de notre portefeuille, le Bangladesh, nous voyons des signaux mitigés de la macro, comme une diminution des emprunts, par exemple. Mais quand vous regardez d’autres facteurs comme l’inflation décroissante, et cetera, il y a des facteurs positifs et négatifs que nous voyons. Et aussi pour notre catégorie, c’était une saison plus basse, en particulier pour les produits de refroidissement et Singer est particulièrement forte dans la catégorie réfrigération et climatiseurs. Ce n’était donc pas une année parfaite pour le Bangladesh en termes de demande du marché.

Permettez-moi de passer à notre plateforme sur ces marchés. Quand on regarde l’Europe, qui représente environ 53% de nos ventes. Dans la zone euro, nous avons réussi à enregistrer une faible progression à un chiffre de notre chiffre d’affaires par rapport au dernier trimestre 2018, et il ne faut pas oublier que la base 2018 – dernier trimestre 2018, la base était déjà élevée . Comme vous vous en souvenez, nous avons vraiment profité de la dévaluation profonde de la recherche l’année dernière. Et en plus de cela, cette activité a enregistré une croissance au dernier trimestre dans la zone euro.

Quand on regarde le marché britannique, il y a eu une bonne performance au dernier trimestre pour notre groupe. Et notre croissance en termes de GBP a été autour de la croissance du chiffre d’affaires moyen à un chiffre sur le marché britannique. Et comme vous pouvez le voir sur les 2 premiers éléments, ce fut une bonne performance pour le groupe. Et nous avons vu cette solide performance se refléter dans la part de marché alors que nous vous communiquions au cours des trimestres précédents, nous avons assisté à une perte de part de marché. Je peux dire que la majeure partie de la perte de part de marché a été compensée au cours du dernier trimestre. Quand nous regardons sur une base trimestrielle, ce fut le meilleur trimestre en termes de part de marché dans les principaux – tous les principaux pays d’Europe occidentale, et la majeure partie de cette augmentation de part de marché provient en grande partie du segment intégré. Nous continuons de gagner des parts de marché dans ce segment en expansion et plus rentable.

Ensuite, nous partons pour l’Afrique. Comme vous le savez, la plupart des ventes – de nos ventes africaines proviennent d’Afrique du Sud. Encore une fois, Defy, notre filiale là-bas, malgré l’environnement de marché, a enregistré de bonnes performances commerciales. Il s’agit d’une faible croissance à deux chiffres du chiffre d’affaires sur le marché sud-africain, en particulier grâce à de fortes campagnes marketing comme le Black Friday.

En termes d’exportations, en fait, c’est le trimestre le plus faible, pour Defy en termes d’exportations, quand on regarde aussi l’année dernière. Il était en légère baisse au dernier trimestre de cette année. Malgré, dans cette image, et malgré le climat économique de travail, nous avons amélioré la rentabilité de toutes les lignes en glissement annuel pour notre filiale sud-africaine.

Ensuite, nous passons à l’Asie-Pacifique. Comme nous l’avons mentionné, la demande est également déprimée sur le marché s’étendant sur le passé et cette condition se reflète également dans nos ventes, à savoir la baisse du chiffre d’affaires à la mi-adolescence en monnaie locale, qui reflétait des volumes plus faibles sur ce marché.

Et quand vous obtenez Singer, encore une fois, ce n’est pas la meilleure saison parce que, comme je l’ai mentionné, les produits de refroidissement en Asie sont les produits les plus vendus. Mais malgré cela, notre filiale a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires d’environ 10%. Et dans les prochaines diapositives, nous mentionnerons également les données financières de Singer.

Lorsque vous regardez notre chiffre d’affaires ASEAN, au cours de ce trimestre, nos ventes se sont élevées à environ 28 millions de dollars. Et quand vous regardez le chiffre annuel, notre chiffre d’affaires s’élève à environ 113 millions de dollars. Comme vous vous en souvenez, ce chiffre était d’environ 135 millions de dollars l’an dernier. Il y a une certaine diminution. Mais comme nous vous l’avons toujours expliqué, une partie de la baisse provient des ventes en Corée du Sud. L’année dernière, il y a eu une vente unique – une vente de séchoirs l’année dernière, qui ne s’est pas concrétisée cette année, par exemple. Et aussi, il ne faut pas oublier les tragiques incendies en Australie et en Nouvelle-Zélande, qui ont également eu un impact négatif sur la demande.

Juste pour vous donner une idée, si nous nous concentrions uniquement sur les marchés pauvres comme la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et le Vietnam, l’augmentation de ces marchés, l’augmentation annuelle était d’environ 20%.

Donc, dans cette géographie, c’est – il semble que nous – la croissance du chiffre d’affaires augmente. Et nous fabriquons des réfrigérateurs en Thaïlande. Et au cours de ce trimestre, nous avons également élargi notre gamme de production avec des machines à laver semi-renversées et des réfrigérateurs côte à côte, de sorte que nous avons maintenant plus de capacité de production qu’en Thaïlande.

Comme nous venons de le mentionner, Singer, et qui a également annoncé ses états financiers aujourd’hui. Au quatrième trimestre, la croissance du chiffre d’affaires a atteint environ 10%. Et lorsque vous regardez la marge, nous constatons à nouveau une évolution de la marge, à la fois pour la ligne EBIT et aussi pour le PBT lorsque vous comparez en glissement annuel.

Et lorsque vous regardez les chiffres de l’année entière, nous constatons que la croissance du chiffre d’affaires se situe autour du niveau du milieu de l’adolescence, ce qui est conforme aux performances passées, la société continue de croître fortement.

Et dans le cadre du processus d’intégration, il y a déjà eu une certaine amélioration du processus d’approvisionnement, de l’efficacité de la production et de la qualité. Et aussi, nous avons transféré notre savoir-faire dans un domaine comme le service après-vente et la gestion du service client. Pour vous donner un peu de couleur, par exemple, dans l’usine de réfrigération, la catégorie commission aérienne, nous avons ajouté le deuxième quart de travail, par exemple, et nous avons amélioré l’efficacité de la production. Et aussi un nouveau développement dans les prochains mois, nous prévoyons d’ouvrir un centre d’appels sur ce marché, qui sera l’un des premiers du genre.

Comme vous pouvez le constater, cette intégration est en cours et nous avons transféré des savoir-faire et amélioré notre filiale sur le marché, nous bénéficions déjà d’une position forte sur ce marché domestique.

Quand vous arrivez aux tendances des matières premières, comme vous pouvez le voir, chaque trimestre, cela s’améliore, malgré une certaine remontée des prix des métaux. Mais lorsque vous obtenez la moyenne du trimestre entier, elle est à nouveau inférieure au troisième trimestre pour le côté métal. Et quand nous verrons une image similaire aussi pour le plastique, nous serons peut-être – lors de la session de questions-réponses, nous pourrons parler de nos attentes pour la matière première pour 2020. Mais l’année dernière, en 2019, nous avions un environnement d’image de support dans termes de matières premières. Et enfin, pour ma part, d’autres développements, comme vous l’avez peut-être suivi dans la presse, notre JV en Inde a terminé la construction de l’usine de réfrigérateurs et a commencé la production d’essai au dernier trimestre, et la cérémonie d’ouverture officielle vient de se tenir quelques il y a quelques jours. Et c’est maintenant la fabrication, et la fabrication en série a commencé. Et notre usine en Roumanie a reçu le certificat – LEED Platinum qui montre la reconnaissance de la production durable. Et notre filiale, Beko Italie a réussi à atteindre 1 million d’unités de ventes d’appareils électroménagers majeurs en 2019 pour la première fois, a atteint ce seuil. Ce sont donc les développements majeurs du dernier trimestre. Je voudrais maintenant passer la parole à Hande pour les ventes et les finances.

————————————————– ——————————

Hande Saridal, Arçelik Anonim Sirketi – Directeur financier [4]

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Bonsoir à tous. Comme d’habitude, permettez-moi de commencer par la répartition géographique de nos ventes. En haut à gauche, vous pouvez voir les ventes turques et internationales au quatrième trimestre. Comme nous l’avons déjà mentionné, vous vous souvenez peut-être que la dernière partie de 2018, qui était une base très élevée en raison de la dévaluation profonde de la recherche et des ventes internationales, a eu une très bonne performance pour cette raison. Du fait de cette base élevée, au cours de ce trimestre, au quatrième trimestre 2019, il n’y a qu’une augmentation de 6% des revenus. Et de même, les revenus turcs ont été assez faibles au quatrième trimestre 2018. Et du fait de cette base basse, nous avons enregistré une augmentation de 32% des ventes turques, dont le total correspond à 13% au dernier trimestre.

Quand on regarde les mêmes termes de l’année complète, il y a une augmentation de 19% des revenus globaux et la distribution est plus équilibrée. Augmentation de 17% des ventes internationales et de 23% des ventes turques.

Dans les ventes internationales, les principaux pays contributeurs sont les pays d’Europe occidentale. Merci aux améliorations, en particulier au dernier trimestre de l’année. Les tendances de l’Italie se sont plutôt bien comportées en termes d’augmentation de leurs revenus.

La Roumanie a été assez performante. Le Bangladesh, bien sûr, a un premier impact sur cette augmentation. Et au Royaume-Uni et en Allemagne et sur les autres marchés plus importants, ils restent stables en termes de revenus.

En ce qui concerne l’augmentation des revenus en Turquie, tous les segments ont effectivement contribué à cette augmentation, à l’exception du segment de la ventilation de chauffage et de la climatisation, qui a une contraction à un chiffre dans l’électronique grand public et les petits appareils électroménagers, ils ont tous affiché une performance assez forte en termes annuels. En termes de répartition géographique, au quatrième trimestre 2019, a certainement eu une part plus importante en raison de la base plus élevée des ventes internationales étant plus restreinte, comme je l’ai mentionné. La Turquie représentait donc plus de 29% des revenus au quatrième trimestre. En année pleine, il est de 32,3% en part. Deuxième marché en importance, l’Europe occidentale, il représente 36,6% au T4 et près de 32% en année pleine. Et bien sûr, suivant, comme d’habitude, nos ventes en Europe de l’Est, en Afrique et au Moyen-Orient, et le Bangladesh a naturellement pris en année pleine, environ 4,7% sur la base de nos revenus consolidés en année pleine.

Sur la page suivante, le pont des ventes pour le quatrième trimestre, vous pouvez voir que la croissance organique en Turquie a contribué à près de 600 millions de TRY. La croissance internationale de cette année est restée modérée, comme nous l’avons mentionné. Il s’agit donc d’environ 114 millions TRY. La structure des coûts était très stable au quatrième trimestre, nous constatons une contribution minimale de l’impact de la conversion FX, inférieure à TRY 100 millions. Et l’impact de Singer a contribué à 147 millions de TRY.

Si vous regardez le pont des ventes pour toute l’année en comparant 2018 et 2019 en termes annuels. La croissance organique en Turquie représente près de 2 milliards de TRY, ce qui représente une augmentation très importante. La croissance internationale, là encore, est restée limitée, autour de 300 millions de TRY. Bien sûr, le taux de change moyen augmente d’environ 15%, disons, FX contre lire turque. Nous avons donc, encore une fois, un impact de conversion de 2 milliards de TRY s’inscrivant dans l’augmentation des revenus et le plein impact de l’acquisition de Singer représente 873 millions de TRY. Ce qui fait – ce qui nous amène à 32 milliards de TRY de ventes d’ici la fin de 2019.

La partie suivante concerne les données financières. Tout d’abord au compte de résultat. Nous avons mentionné que nous avons vu une augmentation de 19% en termes d’année en termes de revenus. Lorsque nous avons examiné les lignes de rentabilité au quatrième trimestre, la Turquie représentant une part moindre, la marge brute a également légèrement baissé. Nous avons imprimé une marge brute d’environ 31,7% au quatrième trimestre, ce qui a porté les termes annuels à un peu plus de 32%. En raison de la baisse de la rentabilité brute, bien sûr, cela se répercute également sur la ligne de résultat d’exploitation, et nous avons un peu plus de 7% de marge opérationnelle au quatrième trimestre et 7,2% en année pleine pour 2019.

Et le bénéfice avant impôts est d’environ 3,4% au T4 et de même 3,5% en termes annuels, ce qui nous amène à – environ 3% de marge nette légèrement inférieure au T4 et exactement 3% en termes annuels. Et la marge d’EBITDA, comme nous l’avons mentionné au début de la présentation, est de 10,5%, et l’année dernière était de 10,4% mais bien sûr, il y a aussi les flux de trésorerie provenant de l’impact d’IFRS 16.

Comme également – comme mentionné, au cours de ce trimestre, nous avons enregistré des revenus incitatifs, 13 millions TRY de revenus TURQUALITY, un autre chiffre similaire de notre filiale en Russie en raison d’une incitation – une incitation locale dans les frais de transport. Et nous avions également une incitation provenant des activités de R&D en Turquie. Par conséquent, ceux-ci ont en fait des impacts ponctuels sur nos chiffres de rentabilité au quatrième trimestre, ce qui a également eu un impact positif sur l’année entière.

Lorsque nous regardons la rentabilité par segment, encore une fois, en raison de la moindre part des ventes turques, la marge brute sur les produits blancs est également descendue à – de 35,2% au précédent à 33,4% au quatrième trimestre. Et la génération de revenus est restée presque stable.

Dans l’électronique grand public, nous constatons en fait une hausse de 21% du chiffre d’affaires et la rentabilité brute est restée quasiment stable, à peine légèrement meilleure. Dans l’autre catégorie de revenu, qui est en réalité un faisceau de nombreuses autres catégories. On constate une reprise d’environ 200 points de base à 29,5% en termes de rentabilité brute. Et il y a une petite contraction en termes de revenus. Dans cet autre segment, nous pouvons dire que nous avons vu plus de ventes de climatiseurs, bien que ce soit une période très faible pour les climatiseurs par rapport au T4 de 2014-2018, désolé. Nous avons vu un bond significatif au cours de ce trimestre, en 2019. Et il y a aussi une contribution accrue provenant des ventes de petits appareils électroménagers par rapport à la fois l’an dernier et aussi au troisième trimestre. Ce sont donc les facteurs impactant l’autre catégorie en termes de rentabilité brute.

Sur la diapositive suivante, vous pouvez voir la performance du fonds de roulement de l’entreprise en comparant les chiffres de 9 mois avec les chiffres de l’année entière. Encore une fois, comme mentionné, nous avons affiché une performance très efficace en termes de gestion du fonds de roulement net cette année, et le ratio de fin d’année est de 27%. Vous savez que – en fait, TL avait une petite dépréciation par rapport au FX à la fin de la période. Donc, si nous retirons également cela du calcul, ce chiffre serait en fait de 26%, ce qui serait encore mieux.

Donc, les facteurs qui y contribuent, en fait, sont dans presque tous les domaines. En termes de jours à recevoir, comme nous l’avons également mentionné dans nos précédents appels de résultats. Nous avons eu une gestion très efficace en termes de [trade] créances malgré les conditions de marché difficiles. Globalement, les jours à recevoir ont baissé de 5 jours.

En termes de jours d’inventaire, on constate, là encore, une amélioration de près de 2 jours. Et il y a aussi une expansion de la partie des dettes, qui, dans l’ensemble, contribue aux jours de fonds de roulement net de près de 7 jours. Bien sûr, en raison de la forte dimension internationale du dernier trimestre, nous constatons une certaine augmentation des créances en devises au cours de ce trimestre. Et les créances en livres turques ont baissé.

Sur la diapositive suivante, nous donnons les détails de notre trésorerie et de nos emprunts financiers. Pour les chiffres du quatrième trimestre 2019, la barre de droite sur le graphique inclut désormais l’impact de la norme IFRS 16. Vous vous souvenez donc que nous avons utilisé cette déduction pour la rendre comparable au trimestre précédent. Mais pour les mandats annuels, cela se reflète maintenant pleinement ici. Donc, à notre bilan, à la clôture de l’année, nous avons près de 7 milliards TRY d’équivalent de trésorerie au bilan. Comme vous pouvez le voir en haut à droite, en termes de devises, nous avons près de 78% de devises fortes dans nos liquidités. Près de la moitié est détenue en dollars, 23% en euros. Normalement, nous n’avons pas de dépôts en livres turques, mais à la fin de cela – je veux dire l’année dernière, nous avons eu un préfinancement pour nos remboursements de prêt TL de janvier. Ils sont donc présentés ici comme des dépôts de 12%, mais ceux-ci ont en fait été dépensés pour les rachats en janvier, puis une partie de l’autre devise.

Lorsque vous regardez les détails du portefeuille de dettes financières avec l’impact des IFRS, nous avons – nous avons en moyenne près de 15 milliards de TRY sur la dette brute. Mais en supprimant l’impact des IFRS, le portefeuille total de la dette, en dehors des éléments de location, est de 14,2 milliards de TRY. Les emprunts commerciaux seront probablement les plus intéressants, comme nous en avons discuté récemment. Vous pouvez donc voir qu’à la fin de l’année, le taux d’intérêt moyen en livres turques sur le portefeuille en cours est tombé à 18,6%. Il s’agissait en fait d’environ 22% à la fin du troisième trimestre. Lorsque vous regardez la moyenne annuelle, nous avons payé 22,5% pour notre [trade share of] emprunt. Et pour notre budget pour cette année, nous allons – nous estimons avoir environ 15% de coût sur nos emprunts en livres turques. Et le profil de maturité de la dette est assez similaire à ce que nous avons montré au cours des trimestres précédents. Nous avons, encore une fois, environ 40% de remboursement cette année, qui est principalement en livres turques et également des prêts à des fins de fonds de roulement de nos filiales. En 2021, nous avons le remboursement de nos euro-obligations libellées en euros. Et aussi, nous avons des rachats de TL et ceux au-delà de l’horizon de 2 ans sont nos obligations doublées et nos financements de filiales, ainsi que nos investissements sur le financement CapEx pour l’investissement de l’usine turque.

Sur la diapositive suivante, nous vous donnons tous les détails de notre position FX au bilan d’ici la fin de l’année. Comme nous le faisons toujours – c’est comme si nous essayions toujours de limiter un pourcentage très serré avec nos lignes de fonds propres, donc encore une fois, nous l’avons maintenu à environ 1,2%, et c’est une position de change courte, qui provient principalement de nos filiales. Au bilan turc, nous sommes carrés. Mais à cause de nos filiales, qui ne disposent pas réellement de couverture sur leurs marchés, comme le Pakistan, le Vietnam, l’Indonésie, le Bangladesh, nous n’avons malheureusement pas de couverture dans ces pays. Par conséquent, ils ont compensé à une position courte en termes de leur propre bilan.

Et la dernière diapositive dont je vais parler est la génération de flux de trésorerie. Nous avons donc été en mesure de générer environ 3 milliards de TRY de résultat opérationnel net, ce qui est en fait un chiffre très élevé, en particulier compte tenu des conditions de marché difficiles sur nos principaux marchés. Nous avons emprunté environ 1,5 milliard TRY sur le marché. L’impact de la conversion FX a contribué à 484 millions de TRY. Vous vous souvenez peut-être que nous n’avons pas versé de dividendes cette année dans l’intérêt d’une génération de flux de trésorerie disponibles plus importante. Notre CapEx a été de 1,3 milliard de TRY, ce qui correspond à environ 230 millions d’euros, ce qui est tout à fait dans les prévisions que nous vous fournissons pour l’année. Et dans l’autre catégorie, nous avons l’acquisition de Singer, qui représente 400 millions TRY. Nous avons fait quelques augmentations de capital dans certaines de nos filiales, celles-ci représentent 468 millions TRY et les 1,6 milliards TRY restants sont le total des sorties nettes de produits dérivés et des paiements d’intérêts sur les prêts, c’est ainsi que nous avons atteint environ 7 milliards TRY en espèces sur notre bilan.

Je donne maintenant la parole à M. Sen pour ses conseils pour cette année.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – Directeur financier et directeur général adjoint des finances et de la comptabilité [5]

————————————————– ——————————

Notre objectif pour 2020 est – nous l’avons divisé en 4; revenus, rentabilité, CapEx et fonds de roulement, qui sont des aspects importants de notre activité. Du côté des revenus, nous nous attendons à ce que la croissance turco-turque soit marginalement tirée par la croissance de la Turquie de près de 10% à 15%, en organique. Et sur le plan international, nous tablons sur une croissance de 2% à 3% des devises en euros. Et il y aura une croissance inorganique d’environ 1%, qui provient principalement du 1/4 des résultats de Singer Bangladesh, que nous avons acquis au deuxième trimestre 2019. Et du côté de la rentabilité, nos prévisions pour 2020, l’EBITDA est d’environ 10,5%, très similaire à cette année. Et les prévisions de marge d’EBITDA à long terme dépassent 11,5%.

Notre attente en CapEx, de l’ordre de 200 à 250 millions d’euros, est très similaire aux années précédentes. Et notre ratio fonds de roulement / chiffre d’affaires, nous prévoyons de le maintenir en dessous de 30% tout au long de l’année, ce que nous répétons également dans nos appels avec vous. C’est donc plus ou moins pour notre présentation. Nous attendons donc les questions.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur)

La première question vient de la lignée de Kilickiran, Hanzade avec JPMorgan.

————————————————– ——————————

Hanzade Kilickiran, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste [2]

————————————————– ——————————

J’ai 2 questions. Le premier concerne votre trésorerie. Il s’agit d’une très forte génération de flux de trésorerie CapEx et vous guidez toujours un ratio de ventes de fonds de roulement inférieur à 30%. Mais pensez-vous que vous pouvez garder vos jours à recevoir similaires en Turquie cette année? Ou pouvons-nous simplement projeter une sorte d’augmentation du fonds de roulement? Je veux dire, toujours en dessous de 30%, mais l’augmentation par rapport à 2019. Et la deuxième question concerne la tendance des prix des matières premières et votre marge d’EBITDA. Vous sortez avec une marge d’EBITDA stable. Pensez-vous que – je veux dire, pouvez-vous s’il vous plaît – voyez-vous une sorte de hausse par rapport aux prix actuels des matières premières? Et aussi, quel volume de croissance visez-vous en Turquie en 2020?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – Directeur financier et directeur général adjoint des finances et de la comptabilité [3]

————————————————– ——————————

D’accord. Merci beaucoup. Du côté des créances, comme vous le savez, Hanzade, la principale amélioration en 2019 vient du marché turc. Et en 2020, nous nous attendons à maintenir ce niveau, notamment sur le marché turc du côté des créances. Nous ne nous attendons pas à une augmentation du commerce de détail parce que nous pensons que c’est une situation saine pour nous et nos concessionnaires, et nous ne voyons pas vraiment de raison pour laquelle cela devrait être différent dans une année, ce qui devrait être meilleur que 2019 en termes d’économie turque. Le – mais d’autre part, sur le front du fonds de roulement, nous attendons, je veux dire, notre intention l’année prochaine de parvenir à la même gestion des flux de trésorerie que nous avons réussi en 2019, les niveaux de stock, nous nous attendons à créer de la valeur à la fin de l’inventaire et s’attendent à maintenir ce niveau en dessous de 30% d’ici 2020.

Votre question sur l’EBITDA, oui, nous avons une orientation plate. En ce qui concerne les matières premières, oui, vous avez raison, en fait, les matières premières sont historiquement – et certaines des matières premières, pas toutes mais historiquement faibles au cours du premier trimestre. Mais nous avons également nos négociations avec nos fournisseurs . Ça ne va pas rester comme ça toute l’année. Très probablement, nous verrons une augmentation à partir du trimestre 2, ce qui nous affectera très probablement au trimestre 3 de la matière première, mais ce ne sera pas quelque chose qui va être très, très efficace. Soit dit en passant, il y aura quelques augmentations marginales de certains matériaux, pas tous. Donc, si vous demandez, s’il y aurait un avantage? C’est vraiment difficile à dire aujourd’hui à cause de ce problème de coronavirus en Chine, nous devons vraiment voir quand les marchés seront ouverts en Chine et comment les fournisseurs pourront servir le marché et comment les prix évolueront. Il peut y avoir des effets de prix à court terme, positifs ou négatifs dans certaines situations. Nous suivons donc de près cette question.

Je ne veux donc pas vraiment faire de commentaire – si cela va être un – s’il y aura un avantage ou non pour l’EBITDA.

En ce qui concerne la question de la croissance des volumes que vous avez posée sur la Turquie, je vais vous donner – je vais vous donner des indications sur la croissance du marché. Donc, notre attente est – de commercialiser à plat en termes d’unités en Turquie. Donc, nous ne nous attendons pas à un inconvénient en fait, s’il y a un avantage, il viendra d’ici. Si le marché se développe, Arçelik conservera sa part de marché, qui a fortement augmenté cette année. Nous souhaitons conserver cette part de marché tout au long de 2020.

————————————————– ——————————

Hanzade Kilickiran, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste [4]

————————————————– ——————————

J’essaie de comprendre pourquoi vous attendez-vous à ce que le marché soit stable, alors que le quatrième trimestre montre une tendance de reprise significative?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – Directeur financier et directeur général adjoint des finances et de la comptabilité [5]

————————————————– ——————————

Actually — I mean, we have just finished our results on January. We are watching the market very closely. And it’s really hard from today saying that — I mean, if the interest rate levels are going to be at that level until the end of the year. There may be an upside here, that’s what I was trying to tell. But if — and the market’s expectation, as the analysts and the banks are really guiding this that in order to really see that sustainability in the Turkish economy, we really need to have some more time. So we are a bit cautious on this, not to really guide you so positively on Turkish market. But as I told you, we don’t really see a downside — which — if there is a difference, it’s going to be upside.

————————————————– ——————————

Opérateur [6]

————————————————– ——————————

The next question is from a webcast participant, Michael Jacks with Bank of America. I have 3 questions. First, can you please tell me how much of the EBITDA margin uplift 10.5% came from the implementation of IFRS 16? Second question is, what is the likelihood of a dividend being declared in 2020? And third, what Turkish lira exchange rate have you used in formulating your international revenue guidance?

————————————————– ——————————

Hande Saridal, Arçelik Anonim Sirketi – Finance Director [7]

————————————————– ——————————

D’accord. Let me take this one. For the first question, we can say that we have around 100 basis points impact coming from IFRS 16 implementation, a positive impact.

For the second one, dividends, of course, this will be confirmed by the end of the General Assembly, which will be held in March. But for our budget, we have included dividends. Payoff, which is similar to our previous year’s payout amount. So we will be confirming towards the end of March after the general assembly. And for the third question, the exchange rates actually comes from (inaudible) of the same exchange rate for full group companies. And it is quite similar to the expected inflation rate in Turkey.

————————————————– ——————————

Opérateur [8]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur)

The next question is from the line of Demirtas, Cemal with Ata Invest.

————————————————– ——————————

Cemal Demirtas, Ata Invest Co., Research Division – Head of Research [9]

————————————————– ——————————

My question is, again, related to domestic demand. You mentioned that it’s likely to be flat. Do you see any destocking in your sales network, maybe in December or early January? What are the reasons behind your — just maybe cautious market expectations? And do you see any change in the market structure in favor of organized and online versus traditional channels that maybe leads you to be more conservative?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [10]

————————————————– ——————————

Demirtas, the stock level in the dealers right now at the end of the year is a very healthy level. It’s starts too much or it starts too well, I have to say. So this is the level that we expected it to be. So we do not really expect our sales to be really affected from the inventory levels in the — positively or negatively from the inventory levels in the dealers. On the change in market dynamics side, we do not really see any big important impact on online or organized retailers in the market on the — especially on the white goods front, which is the main part of our sales. I guess, that’s all.

————————————————– ——————————

Cemal Demirtas, Ata Invest Co., Research Division – Head of Research [11]

————————————————– ——————————

Maybe as a follow-up, the market you are mentioning is the wholesale market. Do you see any — because we pursue that end user is still consuming in the — in Turkish markets. Lately, the indications we are receiving from the field, the end user is still consuming that’s why I ask whether it’s fast destocking at the wholesale level. So that’s what’s kind of surprising for me. So at least, if you are seeing any flat or contraction in January after a very weak last year. So that’s — that was the reason I asked that question.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [12]

————————————————– ——————————

I understand. If you want, I can answer that one. Actually, we are not surprised. We know that we are very close to following up our installations, as you know, after results. So we know how quickly our products are moving in the market. So that’s why I said we are actively feeding the market according to the needs of the market. That’s why I said there is a healthy level. So we do not really see the destocking because we have enough stocks, which in order to feed that, that’s why I answered like that.

————————————————– ——————————

Cemal Demirtas, Ata Invest Co., Research Division – Head of Research [13]

————————————————– ——————————

D’accord. And one question about your domestic revenue growth. You mentioned that it was 32%. And you have 3 different products segment. Could you just roughly make an estimate of how much price contribution was in that revenue growth? Just to — because we have different products, but do you have any chance to give any — what was the, I think, as — like the model, we think it as a model. What was the approximate price contribution that to your revenue growth, if you have any guess?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [14]

————————————————– ——————————

Just a moment. Just checking some numbers here.

————————————————– ——————————

Orkun Inanbil, Arçelik Anonim Sirketi – IR Manager [15]

————————————————– ——————————

Demirtas, the increase for the whole year for the domestic sales in Turkey is around 23% for the whole product categories. And if you divide into different categories, as Hande mentioned, in only air-conditioning category, we had a decline, I would say, around mid-single-digit decline in the air-conditioning category, and it is not the peak season. In fact, as you can estimate, it’s a good season for this category. When you look at the other categories, as you say, I mean, we have different models, different many SKUs. So there were some price adjustments during the year. But I would say that it was SKU-based or product group-based. To give you some color on the value increases, the top line growth for white goods was higher than — are higher than 23%. For the consumer electronics segment, I would say it was slightly below than the — again, the increase in Turkish market, which is 23%. For the small domestic appliance category, it’s even higher than the white goods category. I don’t know whether it gives you some color, but that’s what I can say for the time being. So in all categories, except air-conditioners, there was a double-digit high — double-digit increase in all categories, except the air-conditioning part.

————————————————– ——————————

Opérateur [16]

————————————————– ——————————

The next question is from the line of Kurbay, Berna with BGC Partners.

————————————————– ——————————

Berna Kurbay, BGC Partners, Inc., Research Division – Director [17]

————————————————– ——————————

I also have a couple of questions. The first one is about the comment you made about keeping market share in Turkey in 2020. You foresee a flat market, and do you intend to keep the market share gains from last year? So should we read that as you willing to perhaps compete on pricing this year to keep those huge market share gains from last year? That’s my first question. My second question is about whether you see any disruption in your supply chain because of the coronavirus at any of your factories across the world at this point? And do you view that as we problem or potential problem?

My third question is about also comments you made on the impact of incentives in the fourth quarter, I calculate that there’s around TRY 44 million of claims and incentives recorded in the fourth quarter of 2019. This figure was TRY 31 million in 4Q ’18. And I think you said TRY 13 million of the TRY 44 million in the last quarter of the year was owing to TURQUALITY, but there were other components as well. And these are all one-off? Is that a correct way to interpret this? And this is — this amount is around 0.5% in terms of margins. So excluding that and IFRS 16 impact to your margin and the — EBITDA margin was around 9%, is this the correct way to look at it? Yes, those are all my questions.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [18]

————————————————– ——————————

Je vous remercie. I’ll give the last question to Hande. The first 2, I’ll answer. Yes, we are intending to keep the market share that we won this year. And as you — as I said, we expect the market to be flat in terms of units. But what we would like to do this year is, yes, of course, there’s an inflation effect in Turkey. So we are going to be reflecting that through our prices when it is needed. But on the other hand, we also have built in some mix changes within 2020, because 2019 was a bit tough for the Turkish consumer so the mix has been deteriorated when you compare it with the other years. But in 2020, we expect to at least receive some of the mix loss that we had in Turkey. So there will be some effect on the mix side as well on the revenue. On the supply chain, the coronavirus, yes, of course, you can see from everywhere that Chinese — all the Chinese factories are going to be closed until 17th of February. And as you know, we have a washing machine factory in China, which is going to be closed by then. Actually, we have already — I mean, before this, we have already planned this closure. Luckily we didn’t lose any production until now. But of course, we do not know what’s going to happen on 17th. If everything is opening up on 17th, there’s no risk in terms of supply chain and our — all the suppliers are going to be sending the raw materials and the components to us. And we think that we can manage it until the end of March by different supply chain methodologies and alternative suppliers. But of course, if China is not going to be open after — even after much, it’s going to be a problem for — not only Arçelik, it’s going to be a problem for everybody else in the world. So we are closely following the issue, and we try to minimize our risk debt. We are talking to all our alternative supplies. There’s a very good risk mitigation team right now just working on this. But our expectation is China to be opened up on 17th. On the incentive side, I’m going to be handing over to Hande.

————————————————– ——————————

Hande Saridal, Arçelik Anonim Sirketi – Finance Director [19]

————————————————– ——————————

So on the incentive side, so it was TRY 13 million from TURQUALITY, another TRY 13 million was coming from Russian incentives. And we had around TRY 15 million coming from an R&D incentives in Turkey. So this sum up to around TRY 40 million in the fourth quarter. Most of this was recorded in the fourth quarter.

So excluding this and also the IFRS impact, we exclude that and it comes to almost around 9% on the EBITDA margin.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [20]

————————————————– ——————————

But I have to add something here. You said those are onetime incentives, but they are not. We have been receiving TURQUALITY for the last 8 years almost. And we have been also receiving R&D incentives for a long, even longer time. So it’s not correct to recognize those incomes as a onetime thing. Because of those incentives, we are making more R&D. Because of those incentives, we are spending more marketing money in order to increase our existence as a brand in the market. So I would recommend you to take into consideration this as well.

————————————————– ——————————

Berna Kurbay, BGC Partners, Inc., Research Division – Director [21]

————————————————– ——————————

In fact, as you say, in the fourth quarter of the previous year, there was also a lump sum amount of over TRY 30 million. So I guess, I mean, some parts of it, in one way or another, repeats and this usually falls in the last quarter of the year, would it be fair to assume that going forward?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [22]

————————————————– ——————————

Exactement.

————————————————– ——————————

Berna Kurbay, BGC Partners, Inc., Research Division – Director [23]

————————————————– ——————————

D’accord. And if I may ask just one final question. In terms of your guidance on the international front, you’re guiding for 2% to 3% organic growth and then 1% inorganic growth. And when I look at 2019, the slides you have for the performance of the volumes in different markets, and then how that was reflected onto your revenue per se, it seems that European market’s, more or less, it’s rather well. I mean, just more than the organic growth figures that you had managed. So it seems like it’s mostly the other markets that didn’t do as well. And some of these markets had quite bad years like Pakistan, South Africa, do you think we’ve seen the troughs here in some of these other markets that you have exposure to? I mean, your guidance suggests that you don’t necessarily see that, but I was wondering if there’s any color you could share on places like Pakistan, India, South Africa in — going into 2020.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [24]

————————————————– ——————————

All right. On the European market side, yes, you’re right. They have contributed better than the other markets. We had some issues, especially on Middle East, North Africa, mainly due to disturbances in different markets, let me say. And in some of the markets, there’s — regulations are getting more and more, there’s some over regulation in some of the markets. We have been affected from those. So European markets contributed better than the other markets. But as you said, especially, Pakistan and South Africa, have been lower than our expectation when we were starting the year. Pakistan, you already know the situation there. In South Africa, the country is not growing for the last 5 years. So next year, actually, when we were budgeting, when we were guiding you 2% to 3%, plus 1% growth in the international side, we have taken into account that — we are expecting Pakistan to stand up again. We do not expect a big growth, but it is — a small growth in Pakistan could be expected. But on the South Africa side, most probably, the market is going to be flat. You asked about India as well. But India, as you know, is not reflected through our results directly in equity accounting methodology. As we have 50% share as a joint venture in the company. But of course, we are selling India from Turkey or from some other factories like Thailand, that is going to continue. But I don’t think that it is too significant for the overall top line for Arçelik.

————————————————– ——————————

Opérateur [25]

————————————————– ——————————

We have a follow-up question from the line of Kilian, Hanzade with JPMorgan.

————————————————– ——————————

Hanzade Kilickiran, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Analyst [26]

————————————————– ——————————

Polat, my question is also related to China. We all know that Chinese manufacturers are a big threat, particularly in the European market. And with all the production now shutdown, do you think that this could be some positive impact overall in the first Q, on your numbers?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [27]

————————————————– ——————————

As I told you, I mean, if the market is going to be opened in China on 17th, I do not really expect a big impact in the market. But as I said, if it’s going to continue — this crisis is going to continue until the end of the month, than it’s going to be a problem for everybody because everybody is receiving components, raw materials from China, not only us but our competitors as well. So it’s not only the Chinese supply is going to be affected. It’s going to be us as well. So my expectation is that this price is not going to be really changing the competitive structure of the market in Europe mainly.

————————————————– ——————————

Opérateur [28]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur)

We have a follow-up question from the line of Demirtas, Cemal with Ata Invest.

————————————————– ——————————

Cemal Demirtas, Ata Invest Co., Research Division – Head of Research [29]

————————————————– ——————————

My question is about investments, the investments in the Asian markets. Could you give us some updates on that. Maybe I missed the line. My line was not good, maybe I missed that portion. But could you just elaborate the investments you’re having right now?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [30]

————————————————– ——————————

In Thailand, you mean, right, Demirtas?

————————————————– ——————————

Cemal Demirtas, Ata Invest Co., Research Division – Head of Research [31]

————————————————– ——————————

Oui. Oui.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [32]

————————————————– ——————————

Right. On our Asian markets, actually, we have been able to grow, especially in — when you look at — you remember that we have made this investment for mainly ASEAN countries. And we have opened up some subsidiaries in Thailand, Vietnam, Malaysia and very recently in Indonesia. And when you look at these main countries that we are serving from Thai factory, we have been able to grow almost 20% within this year. So our expectation, our growth is continuing within this region. In — but at the same time, I can tell that the factory capacity utilization is also increasing every year, and we expect to — we are also sending products from Thai factory to some of the markets because some of the products are just being produced in Thai factory. We are sending products to Africa, India, sometimes Europe, even Turkey sometimes. So our Thai factory is [10 million-foot] right now, and will continue to get more efficient in the coming years.

————————————————– ——————————

Opérateur [33]

————————————————– ——————————

We’ll have a follow-up question from the line of Kurbay, Berna with BGC Partners.

————————————————– ——————————

Berna Kurbay, BGC Partners, Inc., Research Division – Director [34]

————————————————– ——————————

I was just looking at the impact of currency, net currency gains and hedging gains on your income statement. And if I calculate correctly, it’s around TRY 277 million for the full year, the net positive impact going through the income statement. I know that we have discussed in previous conference call, was that majority of that is nonrecurring, but I was wondering if there is any change there?

————————————————– ——————————

Hande Saridal, Arçelik Anonim Sirketi – Finance Director [35]

————————————————– ——————————

Berna, yes, you’re right, the majority of that actually comes from the first 9 months of the year. In the final quarter, we had some smaller positive income as well, mainly because of the swap points from our hedging operations. I mean, when you look at our initial FX position, we are normal on the balance sheet. So our hedging is always selling forward FX against Turkish lira, which means a positive FX income because of the swap point of — because of the higher interest rates on TL compared to FX. So there may be some minimal income because of the swap point calculation. But apart from that, we are not expecting to see any such big-sized FX impact on the balance sheet, unless, of course, the markets remain normal.

————————————————– ——————————

Opérateur [36]

————————————————– ——————————

The next question is from our webcast participants. Yavuz Vidal with Pamco. Deux questions. First, what would be interest expense savings in 2020 and further in 2021 from lower rate environment? Second question is, could you share effective tax rate in your 2020 budget?

————————————————– ——————————

Hande Saridal, Arçelik Anonim Sirketi – Finance Director [37]

————————————————– ——————————

I’ll take this one as well. So full year 2020, as I have explained during the presentation, we expect the average to on the borrowings to come down towards 15%, which means there will definitely be some savings on the interest expense side, but we need to keep in mind that the loan portfolio naturally will increase because of the expected increase in the revenue. So those may be compensating for each other. Plus, again, let me repeat that we have incorporated and (inaudible) inflation, devaluate for FX, which means our interest expenses coming from the FX-denominated financial liabilities, will also have a negative or, let’s say, increasing impact on the interest expense. So our budget actually shows that we will probably print a level which is very similar to 2019 overall because of all these impacts. But in 2021, of course, the major defending factor will be the subsidiary interest rate environment, of course. But majority of our fixed rate borrowings coming from 2019 will have expired by 2021. So if interest rates continue to be favorable, like it is nowadays, then 2021, of course, depending on the growth of the portfolio, depending on the debt management field the interest level will come down, interest expense level will be determined by the size of the debt portfolio. For your second question, the effective tax rate on the budget is, again, mid-teens, as we have been guiding for 2019 as well.

————————————————– ——————————

Opérateur [38]

————————————————– ——————————

(Operator Instructions) Next question is a follow-up question from our webcast participant, Michael Jacks with Bank of America.

Final question, please. To what extent have you noticed the impact of the major Chinese entrants in Europe during the last year? Are Arçelik’s market share losses in the Free Standing segment are results of this? In which product category do you see the strongest level of Chinese competition?

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [39]

————————————————– ——————————

The Chinese, as you remember, they have acquired 2 European companies, 1 Italian and 1 Slovenian company. We do not really see a big impact in both of them. One of the — actually, one of the Chinese brands that I was talking about has been winning market share for some time. But that’s a very low price point and to be honest with you, the Chinese brand itself is mainly winning from trade brands. So it’s not really affecting our market share negatively. And we do not have an important market share loss in overall Europe. Actually, we are almost flat compared to last year. And I can tell that Arçelik is not affected from the Chinese coming to Europe, at least in 2019.

————————————————– ——————————

Opérateur [40]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur)

Ladies and gentlemen, there are no further questions at this time. I will now turn the conference over to Mr. Polat Sen for any closing comments. Je vous remercie.

————————————————– ——————————

Polat Sen, Arçelik Anonim Sirketi – CFO and Assistant GM of Finance & Accounting [41]

————————————————– ——————————

I would like to thank everybody who joined our call. We are going to be ready for your questions, as the Investor Relations team when you are more into the numbers. Thank you very much, and good evening to everybody.

————————————————– ——————————

Opérateur [42]

————————————————– ——————————

Ladies and gentlemen, there are no further — the conference has now concluded — apologies, and you may disconnect your telephone. Thank you for calling and have a pleasant evening.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*