Les témoins de Jéhovah auraient fait l’objet d’une enquête par le procureur général de Pennsylvanie


Le bureau du procureur général de Pennsylvanie enquêterait si les Témoins de Jéhovah ont omis à plusieurs reprises de signaler aux autorités des allégations d’abus sexuels d’enfants lors de ce qui serait le premier examen à grande échelle par un organisme américain chargé de l’application des lois.

Le bureau du procureur général a déclaré aux USA AUJOURD’HUI qu’il “ne peut pas confirmer ou nier l’existence d’enquêtes”.

Mais Mark O’Donnell, un ancien témoin de Jéhovah qui a quitté la religion quand il avait 46 ans, a déclaré que le bureau du procureur général de Pennsylvanie l’avait interviewé l’été dernier à son domicile de Baltimore. Ensuite, il a été assigné à témoigner devant un grand jury d’enquête à l’échelle de l’État à Harrisburg, en Pennsylvanie.

O’Donnell a fourni à USA TODAY une copie de son assignation.

Une copie de la citation à comparaître Mark O'Donnell a déclaré avoir été reçue du grand jury d'enquête de l'État.
Une copie de la citation à comparaître Mark O’Donnell a déclaré avoir été reçue du grand jury d’enquête de l’État.

O’Donnell a déclaré qu’il avait d’abord témoigné devant le grand jury pendant plus de deux heures le 22 août au sujet de ses expériences en tant que témoin de Jéhovah et de la structure de l’organe directeur et de la congrégation.

Un ancien ancien témoin de Jéhovah a ensuite témoigné, a déclaré O’Donnell. O’Donnell a déclaré qu’il avait de nouveau témoigné en décembre. Il a également décrit la chaîne des événements dans un nouveau billet qu’il a écrit samedi pour JW Survey, un site Web critique des Témoins de Jéhovah.

O’Donnell a dit qu’il ne voulait détruire la foi de personne; Il veut de la transparence.

“Les témoins croient qu’ils obéissent à Dieu, qu’ils font passer la loi de Dieu avant la loi de l’homme”, at-il dit. “Et la réalité est qu’ils font du mal aux gens.”

Novembre 2018: La culture des Témoins de Jéhovah enveloppe les abus sexuels envers les enfants en Pennsylvanie

La branche américaine des Témoins de Jéhovah à WallKill, New York, a fait une déclaration aux USA AUJOURD’HUI, disant que l’organisation “se soucie profondément des enfants” et essaie toujours de respecter la loi.

“Toute suggestion selon laquelle les Témoins de Jéhovah encouragent ou permettent des abus est fausse”, a poursuivi le communiqué. “Nous nous félicitons d’avoir l’occasion d’expliquer nos croyances et nos pratiques aux représentants du gouvernement et nous attendons avec impatience toute recommandation qu’ils pourraient avoir alors que nous continuons à nous concentrer sur l’éducation et l’équipement des parents pour protéger leurs enfants contre le crime horrible de maltraitance.”

Des poursuites intentées à travers le pays depuis les années 1990 ont accusé les Témoins de Jéhovah et leurs sociétés juridiques – y compris la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania et la Watchtower Bible and Tract Society of New York Inc. – de ne pas avoir signalé la maltraitance des enfants.

En 2018, un jury du Montana a attribué 35 millions de dollars à Alexis Nunez, qui a déclaré avoir été abusée sexuellement pendant des années par un membre de la Congrégation des Témoins de Jéhovah de Thompson Falls. Deux autres ont dit aux anciens en 2004 qu’ils avaient été maltraités par le même homme, selon les archives judiciaires, mais les anciens ne l’ont jamais signalé aux autorités.

Les anciens ont expulsé l’agresseur de la congrégation mais l’ont ensuite réintégré, selon les archives du tribunal. L’homme a continué à abuser de Nunez jusqu’en 2007, selon le procès.

La défense a fait valoir dans les dossiers judiciaires que les anciens étaient exemptés de la loi obligatoire du Montana sur les signalements de cas de maltraitance d’enfants en raison d’une exception qui permet aux membres du clergé de garder certaines communications confidentielles.

Les Témoins de Jéhovah ont fait appel de l’affaire. Le mois dernier, la Cour suprême du Montana a statué en faveur de l’organisation, estimant que le tribunal inférieur avait commis une erreur en déclarant que les Témoins de Jéhovah avaient le devoir de signaler. Selon elle, le tribunal a déclaré que les Témoins de Jéhovah étaient exemptés.

Ce n’était pas la première fois que l’organisation soutenait qu’elle n’était pas tenue de signaler les abus présumés.

Un panneau marque l'entrée du siège mondial des Témoins de Jéhovah à Tuxedo Park, New York.
Un panneau marque l’entrée du siège mondial des Témoins de Jéhovah à Tuxedo Park, New York.

En 2014, l’État du Delaware a poursuivi une congrégation de Témoins de Jéhovah et deux anciens, les accusant de ne pas avoir dénoncé les abus sexuels sur enfants aux autorités. Une femme membre de leur congrégation a violé un adolescent, selon le Delaware Central Offender Central Registry.

Les Témoins de Jéhovah et les anciens ont initialement fait valoir qu’ils étaient exemptés de la loi du Delaware sur les signalements de cas d’enfants maltraités. Ils ont par la suite conclu un accord avec des représentants de l’État, acceptant de payer 19 500 $ au ministère de la Justice du Delaware, de participer à une formation sur la prévention de la maltraitance des enfants et de signaler ces allégations aux autorités, selon les archives judiciaires.

New York’s Child Victims Act: Les boy-scouts et l’église catholique font face à de nouvelles poursuites alors qu’une fenêtre de poursuites s’ouvre

Heather Steele a poursuivi plusieurs entités des Témoins de Jéhovah à New York, affirmant que les dirigeants de l'église en 1982 avaient tenté de décourager sa famille de coopérer à une enquête criminelle sur une aînée qui l'avait agressée pendant huit ans.
Heather Steele a poursuivi plusieurs entités des Témoins de Jéhovah à New York, affirmant que les dirigeants de l’église en 1982 avaient tenté de décourager sa famille de coopérer à une enquête criminelle sur une aînée qui l’avait agressée pendant huit ans.

En août, Heather Steele a poursuivi plusieurs entités des Témoins de Jéhovah à New York, affirmant que des chefs religieux avaient tenté en 1982 de dissuader sa famille de coopérer à une enquête criminelle sur une ancienne qui l’agressait depuis huit ans. Selon le procès, les abus sexuels ont commencé quand elle avait 2 ans.

Steele a quand même travaillé avec les forces de l’ordre. Son agresseur, Donald Nicholson, a été reconnu coupable d’abus sexuels et a purgé 3 ans et demi de prison à New York, selon les dossiers du Département des services correctionnels et de la surveillance communautaire. Lorsqu’il a été libéré, Nicholson a déménagé dans le New Jersey où, selon le procès, il a été réintégré en tant que témoin de Jéhovah.

La portée de l’enquête du bureau du procureur général de Pennsylvanie sur les Témoins de Jéhovah n’est pas claire.

Mais le bureau a une expérience significative des enquêtes sur les abus sexuels dans les organisations religieuses. En 2018, il a publié un rapport qui détaillait les conclusions d’un grand jury d’enquête à l’échelle de l’État qui avait passé deux ans à examiner le traitement par l’Église catholique des allégations d’abus sexuels sur des enfants.

Le jury a identifié 301 “prêtres prédateurs” et a constaté que “les hauts responsables de l’église, y compris les évêques, les monseigneurs et d’autres, étaient au courant des abus commis par les prêtres mais les couvraient régulièrement pour éviter les scandales, les accusations criminelles contre les prêtres et les dommages pécuniaires aux diocèses”, selon le communiqué.

Le grand jury a estimé que la plupart des allégations étaient désormais trop anciennes pour être poursuivies. Mais certaines personnes ont fait face à des accusations criminelles.

Le bureau du procureur général a accusé le révérend John Sweeney d’avoir abusé sexuellement d’un garçon de 10 ans au début des années 1990. Sweeney a plaidé coupable l’an dernier pour attentat à la pudeur, selon les archives judiciaires. Il est actuellement en prison.

Le révérend David Poulson a fait face à une myriade d’accusations, y compris de corruption de mineurs et de mise en danger du bien-être des enfants, pour avoir agressé sexuellement à plusieurs reprises un garçon et tenté d’en agresser un autre, selon les archives judiciaires et une libération du bureau du procureur général. Poulson a plaidé coupable et a été condamné à une peine pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison.

O’Donnell a déclaré que lorsque les gens parlent de leurs expériences, il devient plus facile pour les autres de partager leurs histoires.

“Il faut quelques personnes qui sont disposées à se manifester et à faire ce qu’il faut pour faire bouger les choses”, a-t-il dit, “et pour fournir une sorte d’atterrissage sûr aux personnes qui souffrent à cause de ce qu’une organisation fait.”

Marisa Kwiatkowski est journaliste à l’équipe d’enquêtes USA TODAY, qui se concentre principalement sur les enfants et les services sociaux. Contactez-la à mkwiatko@usatoday.com, @IndyMarisaK ou par téléphone, Signal ou WhatsApp au (317) 207-2855.

Cet article a été initialement publié sur USA TODAY: Les Témoins de Jéhovah face à l’enquête du grand jury de Pennsylvanie

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*